Politique : Le Premier ministre se dit prêt à affronter ses détracteurs

Le Premier ministre Hun Sen a déclaré jeudi dernier lors d’une rencontre avec les ouvriers du textile qu’il était prêt à affronter des manifestations de ses détracteurs en octobre prochain lorsqu’il se rendra en Turquie et en Belgique pour une série de réunions avec des responsables asiatiques, turcs et européens.

Lors d’une visite en Australie en mars dernier, les Cambodgiens de la diaspora avaient protesté contre sa présence dans le pays après la dissolution du CNRP et l’inculpation de son dirigeant Kem Sokha pour trahison.

Le Premier ministre Hun Sen
Le Premier ministre Hun Sen. Photographie AKP

“…Je prévois de me rendre à Bruxelles le 17 octobre, dans certains pays il y aura des Cambodgiens de la diaspora pour protester contre mes visites…Alors, s’il-vous-plaît, protestez…”, a déclaré le Premier ministre, ajoutant qu’il était prêt à mobiliser ses propres partisans dans ces pays , arguant également que leur nombre dépasserait de loin celui de ses détracteurs.

S’attendant probablement à la même situation en octobre à la suite de la récente élection nationale qui a suscité de nombreuses réactions hostiles à l’étranger, M. Hun Sen a clairement indiqué que l’éventualité de manifestations ne le préoccupait pas.

M. Hun Sen devrait rencontrer le président du Conseil européen, Donald Tusk, et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à la suite d’invitations à participer aux réunions de l’ANASE-UE.

Avant de terminer son discours, M. Hun Sen déclaré qu’il ne participerait pas à la réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies du 25 septembre en raison de l’obligation de créer le nouveau gouvernement le 21 septembre. Le Premier ministre enverra le nouveau ministre des Affaires étrangères pour prononcer un discours à l’ONU.

Le Premier ministre a profité de cette rencontre pour critiquer jeudi la direction de l’ancien Parti de sauvetage national du Cambodge (CNRP) pour sa campagne de boycott électoral qu’il qualifie de “ratée”. M.Hun Sen a déclaré : “…La campagne Clean Fingers a échoué, plus de 82% des Cambodgiens du pays ont voté…Le CNRP a mené sa campagne de boycott et effectué de mauvais calculs…cela montre qu’ils ne pourraient même pas gérer une entreprise ou une usine, et encore moins penser à mener leur parti au succès politique et au contrôle du pays…”.

Haut de page