Poipet : Le nouvel eldorado immobilier au Cambodge

Poipet, considérée jusqu’alors comme une simple ville frontière entre le Cambodge et la Thailande,  connait aujourd’hui un essor du secteur immobilier sans précédent.

Poipet : Le nouvel eldorado immobilier au Cambodge
Poipet : Le nouvel eldorado immobilier au Cambodge

Casinos, hôtels, bâtiments commerciaux, résidentiels et développements sortent de terre dans différentes parties de la ville, alimentés par d’énormes investissements étrangers.

Située dans la province du Banteay Meanchey et occupant 2,620,000 mètres carrés, Poipet est divisée en trois sangkats : Poipet, Phsar Kandal et Nimeth.

La ville abrite un peu plus de 140.000 habitants. La population a presque doublé en dix ans.

Hor Kunthea, directeur général de Sokha Group Residences, déclare qu’il n’a pas été surpris par ce développement, notant que le secteur immobilier de la ville s’est surtout développé au cours des six derniers mois.

Hor Kunthea identifie sangkat Poipet comme la zone de Poipet avec le meilleur potentiel. ”…Les deux autres sangkats offrent également de bonnes opportunités d’investissement, les prix sont aussi régulièrement  sont à la hausse…”, souligne-t-il.

Selon lui, de nombreux investisseurs étrangers considèrent Poipet comme une bonne destination d’investissement en raison de sa proximité avec la Thailande et l’attrait exercé par les casinos.

Poipet possède les casinos les plus proches de Bangkok, à 250 kilomètres, soit trois à quatre heures de route. Les touristes thaïlandais représentent une bonne majorité des clients des casinos de Poipet. On y voit également un peu de Vietnamiens et de plus en plus de Chinois. Dans une bonne année, les spécialistes estiment que les revenus du jeu à Poipet atteignent 400 millions de dollars, répartis entre une douzaine de casinos.

Donaco’s Star Vegas resort

En 2017, 16 projets immobiliers ont été achevés au total, libérant ainsi 1.694 unités sur le marché. En outre, 909 unités sont également apparues au premier semestre 2018.

Le gouverneur de Poipet, San Sean Ho, déclare qu’il n’y a pas de meilleur moment pour développer l’immobilier dans la ville. Selon lui, la ville a besoin d’augmenter sa capacité d’accueil en raison du nombre croissant de visiteurs étrangers.

Selon le gouverneur, la ville accueille actuellement près de vingt nouveaux projets de casinos, dix projets de boreys en cours et un certains nombre de projets supplémentaires d’usines dans la Zone Économique Spéciale destinées à produire des composants électroniques, des vêtements et d’autres produits.

la Zone Économique Spéciale de Poipet, un projet entre les Japonais et le Cambodge
La Zone Économique Spéciale de Poipet, un projet entre les Japonais et le Cambodge

Il existe actuellement près de cinquante agences et entreprises qui subdivisent des parcelles résidentielles en vue de leur revente.

Sokha Residences Group, qui occupera près de quatre hectares de terrain, est une combinaison de condo et de boreys. Sokha Residences disposera d’un bâtiment de 543 unités de 21 étages avec des malls, bureaux, clubs de sport, piscine, Sky Bar, Penthouses et 287 unités en borey.

Le prix des appartements varie aujourd’hui de 27864 $ à 1270000 $, tandis que les unités de Borey se situent entre 30.000 et 50 000 $ par unité.

Le gouvernement projetterait également de développer et diversifier le potentiel touristique de Poipet. Le gouverneur de Poipet prétend qu’il est prévu de développer 500 hectares de terres en une destination touristique de premier plan avec un parcours de golf, une rivière artificielle, un jardin géant, et un marché flottant.

L’objectif avoué est de développer la ville en lui donnant plus d’attrait que ses quelques façades de casinos qui lui donnent une allure de petit Vegas poussiéreux. Avec le développement du commerce vers la Thailande et de meilleures voies de communication, le gouvernement entend développer ainsi plus d’activités industrielles et purement touristiques.

“…Dans notre plan de développement économique, nous nous concentrons principalement sur le développement immobilier et les infrastructures…”, souligne M. San, rappelant aussi que la réouverture de la liaison ferroviaire entre Poipet et Phnom Penh est de bon augure pour le développement de la la ville.

Hor Kunthea déclare que de meilleures routes contribuent à l’augmentation des prix de l’immobilier dans et autour de la ville. Les terres le long de la route nationale 5 et à proximité du rond-point de Poipet se négocient actuellement entre 800 $ et 1 000 $ le m².

Dans les zones près de la frontière où les casinos sont situés, les terrains affichent des prix quatre fois supérieurs à ceux pratiqués en 2016,  entre 1 300 $ à 1500 $ le m².

L’afflux de Chinois est aussi un autre facteur important qui a provoqué une petite flambée des prix du foncier à Poipet. Ces derniers sont largement attirés par le potentiel d’investissement de la ville et la disponibilité des terrains qui restent encore bon marché. Il y aurait actuellement plus de 10.000 investisseurs et travailleurs chinois à Poipet.

San Sean Ho et Hor Kunthea conviennent tous deux que les Chinois jouent un grand rôle dans la croissance du secteur de l’immobilier et dans la hausse des prix du foncier. Selon eux, la majorité des hôtels de la ville sont loués par des Chinois.

Hor Kunthea indique également que la présence des Chinois crée plus de demande et contribue à une augmentation drastique des loyers :  un appartement sur une route principale qui se louait auparavant entre 150 et 200 dollars par mois serait désormais disponible à la location pour 600 – 800 dollars. Un appartement le long de la route goudronnée, auparavant être loué pour moins de 150 dollars par mois, est désormais proposé à la location pour 350 – 400 dollars.

“…Le secteur immobilier de Poipet commence à ressembler à celui de Sihanoukville…”, conclut l’agent immobilier.

Avec www.realestate.com.kh

Haut de page