Le gouvernement cambodgien et les villageois se félicitent de l’initiative lao visant à ralentir les projets de barrage

Le 23 juillet, une digue du projet hydroélectrique  Xe-Pian Xe-Namnoy, dans le sud du Laos, a débordé et inondé une vaste bande de terre dans la province d’Attapeu.

Kongvilay Inthavong et son épouse Thongla nettoient leur maison alors que les eaux commencent à se retirer dans le district de Sanamxay, province d’Attapeu, au Laos, le jeudi 26 juillet 2018. Les autorités et le constructeur enquêtent sur l’effondrement d’un barrage au moins deux douzaines de personnes et laissant plus de cent personnes portées disparues. (AP Photo / Hau Dinh)
Kongvilay Inthavong et son épouse Thongla nettoient leur maison alors que les eaux commencent à se retirer dans le district de Sanamxay, province d’Attapeu, au Laos, le jeudi 26 juillet 2018. Les autorités et le constructeur enquêtent sur l’effondrement d’un barrage ayant tué au moins trente personnes et laissant plus de cent personnes portées disparues. (AP Photo / Hau Dinh)

Les autorités cambodgiennes et les Cambodgiens vivant dans les communautés riveraines ont applaudi la récente décision du gouvernement laotien de revoir tous les investissements de barrages hydroélectriques après la rupture dévastatrice du barrage le mois dernier et ses graves conséquences au Cambodge.

Les eaux se sont déversées dans la rivière Sekong, un affluent du Mékong, entraînant de graves répercussions sur les communautés du nord du Cambodge, le long du Sekong et du Mékong.

Long Socheat, représentant de la communauté du lac Tonle Sap, un groupe de militants communautaires qui plaident en faveur de la protection des ressources naturelles dans les lacs et les rivières d’eau douce, a déclaré qu’il était ravi d’apprendre que le Laos examinerait plus attentivement les projets de barrages.

Il a toutefois ajouté que la meilleure solution pour les Cambodgiens serait d’arrêter tous les projets de construction de barrages.

D’après un récent un communiqué de la Mekong River Commission (MRC), le Laos examinera tous les projets de barrages existants et en construction et suspendra l’étude de tous les nouveaux projets d’investissements hydroélectriques.

Le chef de la MRC, Pham Tuan Phan, déclare dans le communiqué : “…En tant qu’organisation intergouvernementale régionale, nous nous félicitons de la décision et de l’initiative du Premier ministre lao de revoir tous les barrages et de réexaminer tous les nouveaux investissements hydroélectriques…”.

Te Navuth, secrétaire général du Comité national cambodgien du Mékong, a déclaré que le Cambodge avait également salué la nouvelle position plus prudente du Laos sur la construction de barrages.

La rupture du barrage a tué plus de 30 personnes au Laos, tandis que plus de 100 personnes sont toujours portées disparues. Environ 5 000 personnes dans le district de Siem Pang, dans la province de Stung Treng, au Cambodge, située le long de la frontière avec le Laos, ont dû être évacuées de leurs foyers.

Meas Chanty, un pêcheur de la commune de Thma Keo, dans le district de Siem Pang, inondé par la rupture du barrage, a déclaré que cet accident avait de graves conséquences pour sa communauté.

Il a ajouté que de nombreuses rizières avaient été détruites par les inondations et a souligné que les membres de la communauté de Siem Pang espéraient que le gouvernement laotien cesse la construction de barrages.

Il a déclaré que ce dont les pêcheurs cambodgiens ont vraiment besoin, ce n’est pas de l’électricité, mais du poisson.

”…L’électricité n’est pas vraiment importante pour les familles vivant à proximité des barrages…”, a-t-il ajouté.

Meas Chanty, qui compte également sur la pêche dans la rivière Sekong pour gagner sa vie, a appelé le gouvernement cambodgien à prendre des mesures de protection plus fermes alors qu’il s’engage dans la construction de barrages de ce côté de la frontière.

“…Je voudrais demander au Cambodge de prendre toutes les mesures qui pourraient aider la population et prévenir de telles inondations susceptibles affecter sérieusement la vie des habitants du village”, a-t-il ajouté.

Long Socheat de la communauté du lac Tonlé Sap a déclaré que le gouvernement cambodgien devrait tirer des leçons de cet incident et de mener des études approfondies avant la construction de tout futur barrage hydroélectrique.

Il explique que les inondations ou la destruction des ressources naturelles dans le Mékong affectent également le fleuve et le lac Tonlé Sap.”…les systèmes fluviaux et le lac fournissent du poisson et donc des moyens de subsistance à des millions de Cambodgiens.

”…Le fleuve Mékong est comme le sang du lac Tonlé Sap…”, a-t-il déclaré. “…La construction de barrages sur le Mékong est essentielle pour préserver les ressources halieutiques dans les rivières du Cambodge…”, a-t-il conclu.

Haut de page