Khun Gechsoun aka Kek Soon : Allier Talent, écriture et cuisine…

Samedi prochain, Kek Soon exposera ses oeuvres, des gravures sur bois, au public Phnompenhois. L’exposition ouvrira ses portes ce 1er septembre à l’espace Space Four Zero Gallery, EO rue 240 à Phnom Penh.

Khun Gechsoun aka Kek Soon
Khun Gechsoun aka Kek Soon

Kek Soon n’est pas seulement l’artiste d’une exposition, elle écrit, elle cuisine et organise des festivals à Kampot…

Parcours :

Kek Soon est native de Kampot. Après avoir travaillé huit ans comme servante en Malaisie, elle s’est passionnée pour la cuisine et la pâtisserie. Ces passions l’ont amenée plus tard à ouvrir un restaurant, tenir un café, cuisiner pour la Kampot Arts & Music Association…Puis à écrire son propre livre de cuisine et, ainsi, à co-organiser le festival des Écrivains et Lecteurs de Kampot.

Kampot

“…J’ai grandi à Kampot. J’ai commencé à travailler très jeune pour aider à nourrir ma famille. Je nettoyais les bateaux revenant de la pêche. Parfois, en plus des 1000 riels que je gagnais par bateau, je ramenais une crevette géante, un poisson ou un crabe oublié par un pêcheur…”, raconte la jeune femme.

J’ai aussi travaillé dans les champs et forêts alentours. J’y trouvais le même genre de petits boulots, récupérant un peu d’argent et de nourriture dans la journée, et cuisinant pour ma famille le soir. En effet, ma mère travaillait souvent dans d’autres provinces.

Malaisie

Plus tard, ma mère m’a envoyée étudier à Phnom Penh, ou j’ai effectué une scolarité en Chinois. Puis, elle m’a trouvé un poste en Malaisie en tant que domestique. J’y suis restée huit ans. C’est une situation assez courante, pour les jeunes Cambodgiennes de Kampot, car il y a beaucoup de travail disponible en Malaisie.

Mais j’ai été particulièrement chanceuse de me trouver dans une famille formidable. Ils m’ont autorisée à prendre du temps pour suivre des cours de cuisine et de pâtisserie. Ma patronne était une femme d’affaires, c’est elle qui a ouvert le premier restaurant Nando’s en Malaisie ! J’ai beaucoup appris, pendant cette période de ma vie, et j’ai notamment amélioré mon Khmer, mon Chinois, mon Malaisien mais aussi mon Anglais.

Retour

A mon retour de Kuala Lumpur, j’ai pu acheter une petite maison et ai ouvert mon restaurant, Bom Not, dans les Cardamomes. Je me suis mariée et ai accouché d’une petite fille, Alink, mais ai divorcé peu après.

Je suis alors retournée a Kampot et ai trouvé du travail dans la guesthouse Ganesha, où j’ai appris à concocter de très bons cocktails ! J’ai ensuite géré pendant à peu près un an le Ellie’s Café, où j’ai pu mettre en pratique mes connaissances en pâtisserie.

Au café, j’ai rencontré Julien Poulson, venu travailler avec l’école de musique traditionnelle de Kampot. Il m’a alors parlé de son projet de créer l’association KAMA (Kampot Arts & Music Association).

Livre de cuisine

J’ai rejoint le projet après que Billy Mc Cartney et lui aient ouvert un bar au rez-de-chaussée de l’immeuble KAMA, trois maisons après le Ellie’s Café. Je venais, le soir, cuisiner des plats sino-khmers. Billy a pris de très belles photos de mes assiettes. En les voyant, Julien m’a suggéré de réaliser un livre de cuisine. J’ai peu à peu ajouté mes propres histoires aux recettes et photos et le livre est devenu de plus en plus personnel, racontant mon enfance à Kampot, et mêle nourriture, histoire et culture.

Un des plats de Soon Kek
Un des plats de Soon Kek

À cette époque, Julien et Wayne McCallum envisageaient de créer le Festival des Écrivains et Lecteurs de Kampot. Nous avons alors eu l’idée d’y lancer mon projet de livre. J’ai rejoint l’organisation du festival, ai dû apprendre à le gérer.

J’ai travaillé avec Janet de Neefe, écrivain et cuisinière pour l’organisation d’un banquet… Cela m’a pris beaucoup de temps. Mais, mon travail a aussi attiré l’attention de Lara Dunston, du Grandtourismo, qui m’a invité à participer à une visite gastronomique des hôtels et des restaurants de Siem Reap et de Battambang.

Écrivain de voyage, elle m’a enseigné beaucoup de choses sur les techniques de narration et la photographie culinaires. Cela m’a conduite à ouvrir un nouveau café, Kek Soon’s Kitchen, au KAMA et à réaliser des visites culinaires à Kampot…”, conclut la jeune femme.

”…En plus des capacités culinaires de Mme Gechsoun, de son sens aigu des affaires et de son leadership communautaire, elle est également considérée comme une artiste de talent qui expose et qui s’engage à partager son talent en enseignant. Elle est un excellent modèle pour les jeunes femmes cambodgiennes…”, dira Lara Dunston à propos de la jeune Cambodgienne.

Exposition

Il sera possible de rencontrer Soon Kek et de contempler ses oeuvres d’artiste ce samedi 1er septembre à l’espace Space Four Zero Gallery, EO rue 240 à Phnom Penh. En savoir plus ici…

Oeuvre de l’artiste

Avec KWRF, Julien Poulson et Adèle Tanguy

Haut de page