Justice : Le cinéaste australien Peter Weir au secours de James Ricketson

Le cinéaste australien Peter Weir, (Le Cercle des poètes disparus) est venu témoigner au procès de son compatriote James Ricketson. Ce dernier encourt dix ans de prison au Cambodge pour espionnage.

Peter Weir, photographie par Piotr Drabik (cc)
Peter Weir, photographie par Piotr Drabik (cc)

Le réalisateur a fait une apparition surprise jeudi 16 août au tribunal de Phnom Penh  pour témoigner au procès du cinéaste australien. Peter Weir est venu défendre son ami et compatriote, dont les demandes de remise en liberté sous caution ont jusqu’ici été refusées.

James Ricketson a été arrêté en juin 2017 pour avoir fait voler un drone au-dessus d’un rassemblement du principal parti d’opposition à Phnom Penh.

Ce n’est pas la première fois que James Ricketson est confronté à la justice cambodgienne.

En 2014, il avait été condamné à deux ans de prison avec sursis. Il aurait en effet menacé de diffuser des accusations selon lesquelles une église implantée au Cambodge vendait des enfants.

Peter Weir a déclaré au juge qu’il avait rencontré James Ricketson en 1973 alors qu’il donnait des cours dans une école de cinéma. Il a affirmé au juge que le dossier contre son ancien étudiant n’était sûrement qu’un “malheureux malentendu”.

“…James est complètement non-violent mais il est toujours en train de filmer quelque chose…nous sommes des personnes étranges mais inoffensives…”, a-t-il déclaré à l’AFP.

Haut de page