Gastronomie : Atmosphère, vous avez dit Atmosphère ?

Le mot « Atmosphère » vous fera certainement penser à ce mot que « Madame Raymonde » (Arletty) prend pour une insulte proférée par Monsieur Edmond (Louis Jouvet) dans le film Hôtel du Nord (1938)… « Atmosphère ! Atmosphère ! Est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ! » s’exclame la donzelle qui n’a pas la langue dans sa poche…

Mais c’est aussi le nom de l’un des plus anciens restaurants français en activité à Phnom Penh : le restaurant-bistrot Atmosphère a en effet été fondé en 1995 par Didier, un « vieux de la vieille » parmi les expatriés du Cambodge, un personnage haut en couleur.

Situé au 141, boulevard Norodom, juste au sud du Monument de l’Indépendance, ce bistrot présente une belle façade, et offre à ses clients une salle joliment agencée, où la couleur crème domine, agrémentée d’objets anciens que Didier a réunis au fil des années. La décoration a visiblement bénéficié d’une attention particulière. On peut sans trop d’hésitation rattacher son style à l’Art Déco.

Un coin de la salle du restaurant Atmosphère
Un coin de la salle du restaurant Atmosphère

L’ambiance musicale est quant à elle est résolument « jazzy ». Le volume sonore ajusté à la perfection contribue à créer une atmosphère feutrée. L’accueil est fort sympathique et qui plus est, le personnel est francophone.

L’établissement est souvent qualifié « d’incontournable » par les connaisseurs. Les avis donnés sur les réseaux sociaux sont généralement très bons, notamment lorsque l’on en vient au thème des viandes grillées. Il est vrai que le propriétaire apporte une attention toute particulière à ses approvisionnements. Ces viandes sont préparées sur la grille d’un joli barbecue aux dimensions imposantes, installé à l’extérieur.

La carte propose un échantillonnage assez éclectique de la cuisine française de bistrot : salade avocat et saumon, foie gras maison, crottin de chèvre, carpaccio, magret de canard, plats mitonnés, rôtis de porc et de bœuf, tartes et autres flans… Didier explique que la cuisine de son restaurant est en réalité celle de sa grand-mère.

Salade avocat et saumon
Salade avocat et saumon

Ce qui démarque le plus Atmosphère, c’est la recherche permanente de nouveaux plats, concoctés avec les ingrédients dénichés sur le marché ou dénichés dans les moindres recoins des catalogues des fournisseurs.

Cette philosophie n’empêche cependant pas que soient proposés à la carte ou à l’ardoise quelques incontournables : petit salé aux lentilles, moules frites, tripes, coq au vin, pot-au-feu, ou encore tarte tatin évoqueront immanquablement des souvenirs émus chez les Français. Une rapide analyse permet de constater que le maître des lieux apprécie plus particulièrement les plats lentement mijotés, riches en saveurs. Les ragoûts et autres plats en sauce sont fort appréciés.

Ainsi, on a pu déguster lors d’une visite impromptue un navarin d’agneau « revisité », chaleureusement recommandé par le patron, qui était visiblement fier de sa réalisation. Il est vrai que la viande fondait en bouche, que les saveurs étaient riches et complexes, et que les pommes de terre délicatement sautées accompagnaient à la perfection la portion généreuse de viande d’ovidé.

Navarin d’agneau « revisité »
Navarin d’agneau « revisité »

La carte des vins, qui évolue en fonction des disponibilités, réserve parfois, elle aussi, quelques jolies surprises.
En somme, tout est fait ici pour que les convives retrouvent une ambiance de bistrot à la française. Atmosphère ravira les nostalgiques à la recherche d’un petit bout de l’Hexagone au Cambodge.

Texte et photos : Pascal Médeville

Notes (sur 5) :
Atmosphère : 4,5
Service : 4
Qualité des produits : 4
Présentation des plats : 4
Rapport qualité/prix : 4,5
Note globale : 4,2

Haut de page