Elections : Les États-Unis étendent certaines interdictions de visa pour plusieurs officiels

Les États-Unis ont annoncé de nouvelles restrictions de visa à l’encontre des officiels cambodgiens responsables d’actions «antidémocratiques» à la veille des élections législatives du mois dernier.

Le Cambodia Democracy Act de 2018, adopté par le Parlement américain le mois dernier, a identifié 17 personnalités cambodgiennes comme cibles potentielles, dont Hun Sen et deux de ses  enfants
Le Cambodia Democracy Act de 2018, adopté par le Parlement américain le mois dernier, a identifié 17 personnalités cambodgiennes comme cibles potentielles, dont Hun Sen et deux de ses  enfants

Le Département d’Etat a annoncé mercredi qu’il avait prolongé une série d’interdictions de voyager en décembre contre un nombre indéterminé d’officiels cambodgiens.

Avant les élections nationales du 29 juillet, la Maison-Blanche avait déclaré dans un communiqué que le scrutin n’était “ni libre ni équitable et ne représentait pas la volonté du peuple cambodgien”.

Heather Nauert, porte-parole du département d’Etat, a déclaré que les nouvelles restrictions désignaient les personnes “à la fois au sein et en dehors du gouvernement cambodgien” responsables des “actions antidémocratiques les plus importantes menées avant les élections du 29 juillet”.

“…Nous appelons le gouvernement cambodgien à prendre des mesures concrètes pour promouvoir la réconciliation nationale en permettant aux médias indépendants et aux organisations de la société civile de remplir leurs rôles essentiels sans entrave…”, a déclaré Nauert.

L’annonce américaine a été faite le jour même où le Comité national des élections du Cambodge a publié les résultats officiels du sondage, montrant que le Parti du peuple cambodgien avait remporté les 125 sièges de l’Assemblée Nationale.

Le Cambodia Democracy Act de 2018, adopté par le Parlement américain le mois dernier, a identifié 17 personnalités cambodgiennes comme cibles potentielles, dont Hun Sen et deux de ses  enfants, ainsi que cinq ministres et le chef de la lutte anti-corruption du pays.

Haut de page