Cuisine : La Brasserie du port, bistrot gaulois

Dans l’ancien quartier français de Phnom Penh, non loin de l’ambassade et du Lycée Descartes, on trouve sur le quai Sisowath un établissement niché au coin de la rue 84, qui doit son nom à son emplacement juste en face de l’ancien port fluvial de Phnom Penh : La Brasserie du Port.

La Brasserie du port accueille dans trois salles de belles dimensions et à la décoration sobre et élégante les amateurs de gourmandises françaises populaires. Les habitués déjeunent souvent au bar, où ils peuvent profiter de l’aimable et amicale conversation des propriétaires des lieux et des autres clients. Si la quasi-totalité des déjeuneurs se recrute parmi la communauté française expatriée en pays khmer, il n’est pas rare non plus de rencontrer d’autres nationalités. Mais l’endroit reste décidément gaulois, et l’on y est fort chaleureusement accueilli.

En plus d’une carte assez variée, les amateurs pourront goûter aux mets confectionnés à partir des denrées disponibles sur les marchés phnompenhois ou au gré des arrivages des importateurs de produits de bouche.

Pêle-mêle, moules, steaks, foie gras, crevettes et autres délices iodés, belles pièces de bœuf ou de porc, os à moëlle, escargots, tartare de bœuf, salades variées (lyonnaise, niçoise, aux foies de volaille), pâtes constituent le vaste échantillonnage de la cuisine française de bistrot proposé dans ce fort sympathique endroit. Signalons aussi que la carte propose quelques mets cambodgiens classiques : lok-lak, riz sauté, amok…

Une attention particulière est également accordée au choix des vins proposés pour humecter les papilles. Et si l’on n’est pas sûr de son choix, on se fera un plaisir de vous recommander tel nectar ou tel autre en fonction des mets sur lesquels vous avez jeté votre dévolu.

En entrée, la bouchée à la reine crémeuse fera le bonheur des amateurs de ce plat traditionnel. D’autres pourront lui préférer la salade à la cigale de mer et aux noix de peigne lisse asiatique (version miniaturisée de la coquille Saint-Jacques), à l’assaisonnement subtil.

Salade de cigale de mer
Salade de cigale de mer

La sole meunière accompagnée d’une délicate purée généreusement beurrée séduira les aficionados de poisson. Les carnassiers préféreront quant à eux le plaisir redoublé du steak tartare et du steak cuit présentés ensemble dans une belle assiette d’ardoise et accompagnés de frites, de salade et d’un joli condiment à l’échalote.

Steaks, tartare et grillé
Steaks, tartare et grillé

La tarte tatin est quant à elle savoureuse, avec ses tranches de pommes fondantes et son bel habit de caramel. Si Proust avait sa madeleine, d’autres retrouveront sans doute dans ce dessert gourmand la même émotion.

Un dessert traditionnel : la tarte tatin
Un dessert traditionnel : la tarte tatin

Le service, assuré par les propriétaires mais aussi par un personnel cambodgien souriant, est irréprochable. Si l’on ajoute à cela que les prix sont aussi modiques que faire se peut, tous les ingrédients sont réunis pour une expérience déjeunatoire des plus agréables.

Les réseaux sociaux ne s’y trompent d’ailleurs pas, qui ne tarissent pas d’éloges sur la Brasserie du port et le placent dans une position fort honorable parmi la foultitude de restaurants de Phnom Penh qui proposent de la cuisine européenne en général, française en particulier.

Notons que si c’est surtout à l’heure du déjeuner que La Brasserie du Port est fréquentée, le restaurant ouvre également ses portes à l’heure du dîner.

Notes (sur 5) :
Atmosphère : 4
Service : 4
Qualité des produits : 4
Présentation des plats : 3,5
(Rapport qualité/prix : 4)
Note globale : 3,9

Texte et photographies par Pascal Médeville

 

Haut de page