Union Européenne : Mission d’évaluation pour le programme «Tout sauf les armes»

Des fonctionnaires de l’Union Européenne (UE) effectuent actuellement une mission au Cambodge pour déterminer si l’action du gouvernement contre l’opposition devrait conduire au retrait du Cambodge du programme «Tout sauf les armes».

Des fonctionnaires de la Commission européenne et du service extérieur ont commencé une mission d’enquête au Cambodge pour évaluer la pertinence de l’accès du pays au système d’échange préférentiel de l’Union. La visite, qui se termine mercredi, vise à déterminer si le durcissement politique du gouvernement devrait conduire à l’expulsion du Cambodge du programme Tout sauf les armes (TSA). Dans le cadre de l’initiative TSA, les marchandises cambodgiennes ont accès au marché de l’Union Européenne – une destination vitale pour les vêtements cambodgiens – avec des conditions tarifaires préférentielles.

L'UE reste le plus grand débouché pour l'industrie du vêtement et de la chaussure au Cambodge, représentant environ 40% de toutes les exportations
L’UE reste le plus grand débouché pour l’industrie du vêtement et de la chaussure au Cambodge, représentant environ 40% de toutes les exportations

Federica Mogherini, chef de la politique étrangère de l’UE, a déclaré dans une lettre au sujet de cette visite que “…c’était une étape positive pour évaluer si les engagements pris sont remplis et nous espérons que cela sera une pratique à suivre pour les autres accords de ce genre…”

“…En tant que parlementaires, nous sommes profondément préoccupés par les développements politiques et la répression continue des médias et de la société civile dans le pays. Nous croyons qu’il n’y a pas de légitimité dans un processus électoral où le principal parti d’opposition a été arbitrairement exclu, et nous nous attendons respectueusement à ce que vos déclarations à cet égard tiennent compte de ces circonstances inquiétantes…”, indique la lettre. L’UE a déjà retiré son soutien direct à la commission électorale nationale et attend du personnel qu’il s’abstienne de participer aux activités de surveillance des élections. George Edgar, ambassadeur de l’UE au Cambodge, a confirmé à la radio VOA le calendrier et le motif de la visite. Le gouvernement a récemment envoyé ses propres négociateurs à Bruxelles pour y exercer des pressions afin de ne pas suspendre l’adhésion du Cambodge au projet.

Rappelons qu’en mars dernier, l’Union européenne et le Cambodge avaient réaffirmé leur engagement à renforcer les liens économiques et à soutenir l’intégration du pays dans les chaînes d’approvisionnement régionales. L’engagement avait été pris lors de la 10ème réunion du Comité mixte entre le Cambodge et l’UE, à Bruxelles. Toutefois, l’UE avait mis un bémol dans ses déclarations, publiant un communiqué indiquant que : “…L’UE exprime sa préoccupation, en particulier sur les questions liées aux concessions foncières pour les plantations de canne à sucre, les droits de l’homme et les conditions de travail. Une action urgente du côté cambodgien est nécessaire pour résoudre ces problèmes…”, indiquait le communiqué.

Les échanges commerciaux entre le Cambodge et l’Union ont atteint cinq milliards d’euros (6,2 milliards de dollars) en 2017. L’UE reste le plus grand débouché pour l’industrie du vêtement et de la chaussure au Cambodge, représentant environ 40% de toutes les exportations. Nul doute qu’avec la concurrence pressante des pays producteurs voisins comme le Vietnam et le Myanmar, une mise à l’écart du royaume du programme «Tout sauf les armes» aurait des conséquences non négligeables, au moins sur le court terme.

Haut de page