Siem Reap, immobilier locatif en baisse

Siem Reap est l’une des trois grandes villes du Cambodge. A proximité des temples d’Angkor, la capitale provinciale reste la principale destination touristique du Royaume. A l’image de Phnom Penh et Sihanoukville, des investissements massifs de l’étranger ont alimenté un boom immobilier fulgurant. Siem Reap est au milieu d’une frénésie de construction. Dans tous les coins de la ville, de nombreux hôtels, bâtiments commerciaux et autres ensembles immobiliers s’érigent. Il y a maintenant plus de 1000 hôtels, chambres d’hôtes et autres types d’hébergement dans la ville. En 2016, il y en avait environ 500, l’offre est aujourd’hui excédentaire.

Siem Reap, immobilier locatif en baisse
Siem Reap, immobilier locatif en baisse

Malgré cela, le marché locatif de la ville, touristique et privé, ne se porte pas aussi bien. Les transactions concernant les locations ont diminué ces dernières années. Selon Mario Tan, directeur des ventes et du marketing de Hunter Estate à Siem Reap, le nombre de transactions a diminué de 40% cette année, par rapport à il y a deux ou trois ans. “…Avant, nous recevions environ 100 demandes par mois, c’est tombé à seulement 50 à 60 demandes à présent…”, indique-t-il, ajoutant que la tendance actuelle dominante dans le secteur du tourisme voit la Chine supplanter l’Europe en tant que principale source de visiteurs à Siem Reap.

La Chine a envoyé plus de 1,2 million de visiteurs au Cambodge l’année dernière. La plupart de ces visiteurs se sont également rendus à Siem Reap, où se trouvent les principales attractions touristiques du Cambodge. “…Il y a eu un afflux d’arrivées chinoises, alors que le nombre d’Européens visitant la ville a baissé…”, souligne M. Tan. Il affirme également que le marché dans son ensemble ne bénéficie pas de l’augmentation des arrivées chinoises. “…Ils viennent pour la plupart avec un groupe de touristes, et ils s’accommodent souvent des hébergements pré-arrangés par une agence de voyages…”, ajoute-t-il. “Dans ce cas, les petits hôtels-boutiques, chambres d’hôtes et appartements, de 20 à 30 chambres, ont très peu de clients…”, conclut-il.

Sek Saran, directeur des affaires chez A1 Real Estate Cambodia, fait écho aux observations de M. Tan selon lesquelles les transactions locatives à Siem Reap diminuent. “…Il y a moins d’Européens – des volontaires, du personnel des ONG – qui louent des appartements…”, déclare-t-il ajoutant que “…la plupart du temps, les Européens viennent ici pour une courte période. En outre, pas mal d’entre eux ne vont que dans les grands hôtels deluxe…”. Pour les demandes de location, il note également qu’elles ont chuté considérablement au cours des dernières années. “…Les demandes ont chuté de plus de 50% par rapport aux années précédentes…”, indique-t-il.

En ce qui concerne le prix des locations, il ya aussi une diminution significative. Selon M. Saran, les loyers ont baissé de 30 à 40%. Il avance qu’un logement d’une valeur de 500 $ par mois peut maintenant être loué entre 250 et 300 $. Pour les appartements avec services, on observe la même tendance, un appartement avec services qui se vend entre 500 et 600 dollars par mois peut à present être loué entre 300 et 350 dollars.

La courbe descendante n’a cependant pas atteint la plupart des zones commerciales au cœur de Siem Reap. Selon M. Tan, un shophouse le long de la route principale près du marché de Phsar Chas se vend toujours entre 1 000 et 3 000 dollars par mois, ce qui demeure un prix plutôt élevé.

Ces observations sont aussi partagées par Sok Sarath, directeur général de SiemReapLandhouse.com. “Il y a eu moins de demandes cette année. Cela a conduit certains propriétaires à fermer leurs hôtels et restaurants…”, affirme-t-il. Mais selon lui, les taux de location restent les mêmes. Il indique qu’un appartement d’une chambre coûte entre 250 et 450 $ par mois. Pour les shophouses et les bâtiments commerciaux situés le long de la route nationale 6A, du village culturel cambodgien à Chong Keo Sue les loyers mensuels sont de 1 500 $. Pour les appartements et espaces de vente au détail et services, il faut compter de 2 500 à 6 500 dollars par mois.

Par www.realestate.com.kh

Haut de page