Premier ministre : Pas d’investissements privés pour le lac Yeak Laom

Le Premier ministre Hun Sen a démenti les rumeurs concernant le gouvernement royal qui aurait l’intention de confier la gestion de Yeak Laom (Ratanakiri)  à une société chinoise. Il a confirmé qu’aucun investissement privé ne serait autorisé dans le lac Yeak Laom, un  lac occupant un cratère volcanique vieux de 4000 ans, situé au nord-est du Cambodge.

“…Ce matin, j’ai lu l’article du journal Rasmei Kampuchea intitulé : Le gouvernement va placer lac Yeak Laom sous la gestion d’une firme chinoise pendant 75 ans…qui a inventé cette histoire ?”, a écrit le premier ministre mardi sur sa page Facebook. “…Au nom du gouvernement royal, je voudrais rejeter toute possibilité d’investissement privé dans ce lac, peu importe d’où vient la compagnie…”, a-t-il ajouté.

Le 13 juin 2018, le Gouvernement royal du Cambodge a publié un nouveau sous-décret portant création de la zone polyvalente “Yeak Laom Lake”, couvrant un total de 225 hectares dans le district de Banlung, dans la province de Ratanakiri au Cambodge. Les objectifs annoncés par le gouvernement pour ce site sont : la protection des habitats naturels, des écosystèmes, de la biodiversité et des autres ressources naturelles, le maintien de l’équilibre environnemental, la contribution à la réduction des changements climatiques et aux risques de catastrophes naturelles, et l’encouragement des communautés locales à participer à la protection.

Le lac Yeak Laom est un lieu de culte pour les tribus montagnardes. Ils croient qu’il y a un esprit puissant qui possède la terre et la forêt environnantes. Le lac Yeak Laom est aussi populaire pour la baignade ou la randonnée dans la forêt entourant le lac.

Haut de page