Mission UE : Le retrait du régime préférentiel ne serait qu’un dernier recours

Par un communiqué de presse publié en fin de semaine dernière, Cecilia Malmström, commissaire européenne chargée du commerce, a déclaré que la mission UE qu’elle conduisait avait axé ses discussions sur des accusations de déclin des droits politiques et électoraux dans le royaume, ainsi que sur une limitation des activités de la société civile.

Cecilia Malmström, commissaire européenne chargée du commerce
Cecilia Malmström, commissaire européenne chargée du commerce

“…Il y a de nombreuses failles qui parlent de conflit foncier, de menaces sérieuses à la liberté de réunion et de revendication des droits collectifs…dans les principe du commerce de l’UE, la justice sociale, le respect des droits de l’homme et des normes importantes de liberté et de travail sont prioritaires…”, a Mme Malmström. Sans préciser si l’UE prendrait une décision, elle a confirmé que le retrait du Cambodge du système d’échange préférentiel ne serait qu’un ”…dernier recours…”, avançant que le Cambodge avait tout de même réalisé un développement réel en termes d’économie et de droits sociaux. “…Personne ne peut nier les réalisations et les progrès réalisés dans le Royaume, en particulier au sujet du développement et de la croissance économique. En outre, la démocratie progresse, même si elle n’est pas aussi rapide que l’UE le souhaite….”, a-t-elle déclaré. Rappelons que la mission européenne, chargée d’évaluer s’il y a lieu de maintenir le régime préférentiel Tout sauf les armes pour le Cambodge, a suscité de nombreuses réactions d’inquiétude parmi les industriels, les syndicats et les représentants consulaires. En savoir plus ici…

Haut de page