Human Rights Watch – rapport : Hun Sen défend ses généraux

Le Premier ministre Hun Sen et des hauts responsables militaires ont, sans surprise, rejeté les conclusions d’un rapport publié par l’ONG Human Rights Watch (HRW), rapport selon lequel un groupe de généraux proches du Premier ministre aurait commis des violations graves et systématiques des droits de l’homme. Le rapport de 213 pages de Human Rights Watch (HRW), intitulé «les douze corrompus…. : une longue histoire d’abus des droits par les généraux de Hun Sen», indique que douze officiers militaires formeraient l’épine dorsale du régime politique autoritaire d’Hun Sen.

Ceux qui critiquent sont des donneurs de leçons idiots
Hun Sen : ”…Ceux qui critiquent sont des donneurs de leçons idiots…”.

“…Tous ces généraux en dessous de lui le soutiennent parce qu’ils sont devenus incroyablement riches en étant ses protecteurs…”, a déclaré Brad Adams, directeur Asie de HRW. “…Au fil des années, Hun Sen a créé un noyau d’officiers qui exécutent ses ordres avec brutalité et violence…”, a-t-il ajouté. “…L’importance des généraux du Cambodge est devenue encore plus évidente avant les élections de juillet, alors qu’ils s’engagent dans la répression contre les journalistes, les opposants politiques et les manifestants anti-gouvernementaux – et font ouvertement campagne pour Hun Sen….”, conclut le directeur Asie de HRW.

Tea Banh, le ministre de la Défense, a affirmé que le rapport de HRW ne «reflétait pas la réalité» au Cambodge.”…C’est l’ambition de HRW d’amener le Cambodge à des troubles politiques et de détruire à nouveau le Cambodge…”, a-t-il dit, ajoutant que le rapport de HRW ne proposait “aucune pensée constructive” et “seulement des attaques pour servir l’ambition des auteurs et de certains idiots au Cambodge”.

Le général Sokha, le chef de la police militaire, a déclaré ne pas se soucier du rapport, ajoutant qu’il “ne sait rien” des conclusions du document. Le général Mok Chito, chef adjoint de la police, a affirmé que le rapport était exagéré : “…Nous ne savons pas à quels abus ils se référent. Nous attrapons seulement des voleurs, des criminels, des trafiquants de drogue, des ravisseurs, ou peut-être parfois des amis de cette ONG, ce qui expliquerait leur colère…”, a-t-il déclaré. Le général Sok Phal, chef du département de l’immigration, a également démenti les allégations du rapport.

Le Premier ministre Hun Sen a, quant à lui, déclaré que le rapport du directeur exécutif de Human Rights Watch en Asie, Brad Adams, était une accusation sans fondement. ”…Ceux qui critiquent sont des donneurs de leçons idiots…”, a-t-il déclaré avant de leur suggérer d’aller étudier à nouveau pour comprendre que l’armée et la police sont là pour la protection de la nation. Les forces armées sont pour la protection de la nation; Les prisons sont pour les prisonniers, a expliqué, sans surprise, le premier ministre.

Haut de page