Elections : Trois ministères pour contrôler les ”fausses nouvelles”

Lors d’une conférence de presse mercredi dernier, trois ministères ont conjointement averti le public qu’à partir de jeudi, ils entendaient agir contre les utilisateurs de médias sociaux et les sites Internet diffusant “…de fausses nouvelles perturbant l’ordre social, provoquant le chaos, la confusion et une perte de confiance dans les prochaines élections nationales…”. Un prakas signé le 23 mai par les ministres de l’Information, de l’Intérieur et des Postes et Télécommunications établissait un groupe de travail interministériel formé par des fonctionnaires des trois ministères.

le directeur général du Département de l'information et de la radiodiffusion, S.E. Phos Sovann
le directeur général du Département de l’information et de la radiodiffusion, S.E. Phos Sovann

“…L’objectif de ces mesures est de prévenir la diffusion d’informations – que ce soit sous forme de texte, de voix, de photo, de vidéo ou d’autres formes de communication – qui menacent la sécurité nationale…”, indique le communiqué de presse.

Alors que les groupes de défense des droits de l’homme ont exprimé leur crainte que cette mesure ait un impact sur la liberté d’expression, le directeur général du Département de l’information et de la radiodiffusion, S.E. Phos Sovann, a déclaré que ces mesures visaient au contraire à la protéger. “…Si nous laissons les fausses nouvelles se répandre, les médias sociaux seront juste envahis par de fausses nouvelles…à partir de jeudi, il y aura des mesures par le biais des régulateurs des télécommunications et de la police nationale pour empêcher cela…”, a-t-il déclaré.

Le porte-parole du régulateur des télécommunications du Cambodge (TRC), Im Vutha, a déclaré que les sites utilisant le nom de domaine “.kh” peuvent être contrôlés à 100%. S’il est plus difficile de contrôler les autres extensions de noms de domaine, le gouvernement indique disposer d’une technologie qui lui permet de se concentrer sur n’importe quel utilisateur de Facebook en “à peine six minutes”.

Haut de page