Economie : Le gouvernement vante son bilan économique

Le gouvernement a publié mardi un rapport mettant en avant son bilan économique au cours des vingt dernières années. Intitulé «Réalisations de 20 ans sous la direction de Samdech Techo Hun Sen», le rapport s’appuie sur des données compilées par les agences gouvernementales et les principaux partenaires au développement pour mettre en évidence la croissance économique du Cambodge de 1998 à 2018.

Le gouvernement vante son bilan économique
Phnom Penh et son développement immobilier rapide…

Selon le rapport, au cours de cette période, le Produit Intérieur Brut (PIB) du pays a progressé de plus de 692%, passant de 3 milliards en 1998 à plus de 24 milliards cette année. Entre-temps, le PIB par habitant est passé de 253 dollars en 1998 à 1 563 dollars en 2018, soit un bond de 125%. Le taux de pauvreté a baissé sensiblement au cours des deux dernières décennies, passant de 53,2% à 13,5%, selon le rapport. Le document souligne également que l’inflation est passée de 14,7% en 1998 à 3,4% cette année. Le rapport indique aussi que les exportations ont augmenté de façon spectaculaire, de 1 415% pour atteindre une valeur de plus de 12 milliards cette année. Les réserves internationales ont connu une hausse tout aussi spectaculaire, passant de 390 millions de dollars en 1998 à plus de 9,5 milliards en 2018, soit une augmentation de 2 234%…

A l’approche des élections générales, la croissance économique et une certaine rapidité dans la reconstruction constituent l’un des arguments majeurs du parti au pouvoir pour avancer un bilan positif de sa législature. Toutefois, Le Royaume doit aussi une grande partie de cette croissance économique impressionnante au statut de commerce préférentiel dont il jouit avec un certain nombre de pays développés, y compris l’Union européenne. Dans le cadre du traité «Tout sauf les armes» (TSA) conclu avec l’Union Européenne, le Cambodge bénéficie d’un accès en franchise de droits au marché commun des pays européens. Le Cambodge bénéficie également des effets de la nouvelle politique étrangère chinoise dans le cadre du programme One Belt One Road qui voit abonder aides, prêts et investissements dans de nombreux secteurs clés du royaume.

Haut de page