Commémoration – Histoire : 67ème anniversaire du PPC et campagne électorale

Samdech Akka Moha Ponhea Chakrei Héng Samrin, président de l’Assemblée nationale et président d’honneur du Parti du Peuple Cambodgien (PPC), et son épouse ; le Premier ministre Samdech Akka Techo Hun Sèn , président du PPC, et son épouse, présidaient ce samedi la commémoration du 67ème anniversaire de la fondation du PPC et le début de la campagne électorale.  La célébration était organisée au Centre de conférence et d’exposition Koh Pich, à Phnom Penh, avec la participation d’environ 60.000 personnes selon l’agence Kampuchea Presse…Photographies : Thach Phanarong – AKP

67ème anniversaire de la fondation du PPC
67ème anniversaire de la fondation du PPC

Le Parti du peuple cambodgien, est une formation politique officiellement fondée le 28 juin 1951. Anciennement communiste, l’actuelle formation a été parti unique sous le régime de la République populaire du Kampuchéa : elle portait à l’époque le nom de Parti révolutionnaire du peuple khmer, également traduit par Parti révolutionnaire du peuple du Kampuchéa (PRPK). Avant son appellation actuelle et son éloignement de la doctrine communiste, le parti a connu des fortunes diverses. Originellement conçu pour se libérer de la tutelle française, le parti connaîtra plusieurs changements dans son appellation et sa doctrine avant de devenir le parti officiel au pouvoir sous sa forme actuelle.

67ème anniversaire de la fondation du PPC
67ème anniversaire de la fondation du PPC

Rappel historique :

Du 5 au 8 janvier 1979, durant l’offensive vietnamienne contre le régime khmer rouge, Heng Samrin réunit un congrès qui se voulait ainsi le prolongement du Parti révolutionnaire du peuple khmer fondé en 1951 par Son Ngoc Minh, Tou Samouth et Sieu Heng, mais sans reconnaître les congrès du parti communiste du Kampuchéa de 1963, 1975 et 1978 organisés par les proches de Pol Pot. La fracture avec le régime précédent apparaîtra de manière visible dans le rapport que Pen Sovan présente lors du 4ème congrès, tenu du 26 au 29 mai 1981.

67ème anniversaire de la fondation du PPC
67ème anniversaire de la fondation du PPC

Il sera aussi décidé lors de ce quatrième congrès d’appeler l’aide de toute la population pour reconstruire le pays. Étaient aussi adoptés cinq « principes de base de la ligne du parti » à savoir porter haut les couleurs du patriotisme et de la solidarité internationale prolétarienne, de défendre la patrie, de rétablir et développer l’économie et la culture dans le but de préparer la voie au socialisme, de déployer un parti marxiste-léniniste et de renforcer la coopération militaire avec le Viêt Nam, le Laos, l’Union des républiques socialistes soviétiques et les autres nations socialistes. Il fut aussi décidé de conserver le nom de Parti Révolutionnaire du Peuple Khmer afin de se différencier du « parti réactionnaire polpotiste » et promouvoir de meilleures pratiques au sein du parti. Le congrès proclamait également son intention de lutter contre « la doctrine ultra nationaliste de Pol Pot »

En 1981, le Parti Révolutionnaire du Peuple Khmer n’était présent qu’à Phnom Penh et dans les chefs-lieux provinciaux dont certains ne comportaient qu’un seul adhérent.  Mais très vite, au sein du parti, les anciens partisans de Pol Pot supplantent les anciens Khmers Issarak aux postes à responsabilité. Plusieurs raisons ont été avancées à cette évolution : les Khmers Issarak se seraient montrés moins sensibles aux réalités de la vie politique que les seconds et par conséquent montraient une plus grande capacité à tenir tête à leurs protecteurs. En décembre 1981, Pen Sovan est brusquement limogé, Heng Samrin lui succède comme secrétaire général du parti. Le parti tient son 5éme congrès du 13 au 16 octobre 1985 au cours duquel il dresse un bilan des cinq dernières années, et définit une ligne de conduite pour l’avenir.

67ème anniversaire de la fondation du PPC
67ème anniversaire de la fondation du PPC

D’après le rapport de Heng Samrin, le parti dispose de 22 comités régionaux et d’un nombre important de cercles et cellules au sein du gouvernement, des forces armées, des organisations de masse, des entreprises, des usines et des exploitations agricoles. Le rapport se félicite ainsi de la progression du parti depuis 1981 mais déplore une implantation à la base qui reste largement à améliorer. Il note aussi avec satisfaction que son administration, avec l’aide de volontaires vietnamiens a détruit tout type de résistance de la guérilla.

Le rapport se targue aussi d’avoir écarté la menace d’autoritarisme grâce au développement du centralisme démocratique et du leadership collectif. Le soutien et la confiance de la population sont aussi parfois contrariés par l’étroitesse d’esprit, l’arrogance et la bureaucratie de certains dirigeants. Heng Samrin déplore aussi l’absence de documents sur l’histoire du parti qui permettraient de mieux illustrer les « bonnes traditions du parti ».

Samdech Akka Moha Ponhea Chakrei Héng Samrin, président de l’Assemblée nationale et président d’honneur du Parti du Peuple Cambodgien (PPC) - avec son épouse, aux côtés du premier ministre et de son épouse
Samdech Akka Moha Ponhea Chakrei Héng Samrin, président de l’Assemblée nationale et président d’honneur du Parti du Peuple Cambodgien (PPC) – avec son épouse, aux côtés du premier ministre et de son épouse

Le rapport présente aussi un plan sur la période 1986-1990 avec trois principaux objectifs. Le premier objectif concerne la maîtrise militaire « à la frontière et à l’intérieur du pays » afin d’annihiler toute activité hostile à la république populaire du Kampuchéa. Le second objectif est de développer le potentiel économique et politique pour permettre d’accéder au socialisme. Une mobilisation de masse de la population est pour cela jugée primordiale. Il est aussi  prévu de tolérer « l’économie privée » afin de favoriser la reconstruction . Sur le plan politique, le rapport préconise aussi la promotion d’un « homme socialiste nouveau » qui doit être loyal envers sa patrie et la doctrine socialiste, avoir une bonne connaissance scientifique et respecter la discipline, la propriété publique, la production et le travail manuel.

Enfin, le troisième objectif est relatif au resserrement des liens entre le Cambodge et le Viêt Nam, le Laos, l’Union soviétique et les autres pays socialistes. Heng Samrin recommande de garantir cette alliance par une loi pour assurer le succès de la révolution cambodgienne, et demande aux Cambodgiens de rejeter toute attitude ou acte opportuniste ou chauvin de nature à aller à l’encontre de l’amitié avec les voisins indochinois.

67ème anniversaire de la fondation du PPC
67ème anniversaire de la fondation du PPC

Le PRPK prend le nom de Parti du Peuple Cambodgien lors d’un congrès extraordinaire du PRPK qui eut lieu les 17 et 18 octobre 1991 en vue de modifier ses statuts afin de pouvoir participer aux élections de 1993. Outre le changement de nom, le congrès adopte alors plusieurs décisions dont les plus notables furent le renoncement au marxisme-léninisme et le ralliement au multipartisme. Après sa défaite aux élections de 1993, le PPC a imposé une coalition gouvernementale au FUNCINPEC, sorti vainqueur des urnes, coalition qu’il reconduira par la suite en tant que parti majoritaire, et ce jusqu’en 2008, année où le poids de la formation royaliste était devenu insignifiant (2 députés sur 120).

Sources : Florence Compain, « Hun Sen, l’inusable petit commandant khmer rouge », Le Figaro,‎ 25 juillet 2008.
Henri Locard, Pourquoi les Khmers rouges, Paris, Éditions Vendémiaire, coll. « Révolutions », 13 février 2013.
David M. Ayres, Anatomy of a Crisis : Education, Development, and the State in Cambodia, 1953-1998, Université d’Hawaï, 30 avril 2000.

Contenus sponsorisés

BRED BANK CAMBODIA : le Package Platinum

BRED BANK CAMBODIA : le Package Platinum

Dans le but de diversifier son offre et de répondre aux attentes des clients les plus exigeants, BRED Bank Cambodia propose aujourd’hui une offre flexible...

Haut de page