BDR – Riziculture : Retour de la rentabilité pour les agriculteurs

La Banque de Développement Rural (BDR) a déclaré en fin de semaine dernière que le prix du riz blanc s’était sensiblement redressé après une forte baisse ces derniers mois qui menaçait la rentabilité des exploitations agricoles. Selon la BDR, le seuil de rentabilité serait à nouveau atteint.

Riziculteurs cambodgiens. Photographie par ILO
Riziculteurs cambodgiens. Photographie par ILO (cc)

Des fonctionnaires du ministère du Commerce se sont rendus récemment dans les principales régions productrices de riz – Battambang, Kampong Thom, Kampong Cham, Prey Veng et Takeo – pour recueillir des informations sur le prix du riz blanc. Après son enquête, le ministère a constaté une augmentation moyenne de 15%. ”…Les prix sont à présent rentables pour les agriculteurs, surtout si l’on prend en compte les dépenses moyennes liées à la culture du riz”, a déclaré la Banque de Développement Rural dans un communiqué, précisant qu’il en coûte maintenant 700 $ pour cultiver un hectare de rizières, dépenses d’engrais, de main-d’œuvre et de transport vers les installations de stockage incluses.

Le prix actuel d’un kilogramme de riz est de 800 riels, le revenu par hectare est donc de 4 800 000 riels (environ 1 200 dollars). Avec un coût moyen de 2 800 000 riels (environ 700 dollars), les agriculteurs gagnent en moyenne 2 000 000 de riels (environ 500 dollars) par hectare…”, précise le communiqué. A Kampong Thom, un kilo de riz blanc se vend à 790-800 riels. Dans la province de Kandal, il coûte 800-830 riels, alors qu’à Takeo, le prix est de 800-850 riels. Au cours des six premiers mois de 2018, le Cambodge a exporté 271 537 tonnes de riz, soit une baisse de 5,9 %, selon le Secrétariat du guichet unique pour l’exportation du riz.

Haut de page