Police – Mères porteuses : Interpellation de 36 Cambodgiennes et 4 Chinoises

La police de Phnom Penh a interpellé 36 femmes cambodgiennes et 4 Chinoises, accusés de maternité par substitution, accord par lequel une femme accepte de devenir mère porteuse pour une autre personne qui deviendra le parent légal du nouveau-né.

Interpellation de 36 Cambodgiennes et 4 Chinoises
Interpellation de 36 Cambodgiennes et 4 Chinoises

La police a opéré jeudi soir dans le district de Russey Keo, à Phnom Penh, sous la coordination du procureur adjoint Kuch Kimlong et de la force de lutte contre le trafic d’êtres humains. Deux voitures et une motocyclette ont été confisquées et les 40 jeunes femmes ont été envoyés au bureau de lutte contre la traite des êtres humains. l’organisation derrière ce trafic aurait promis jusqu’à 10.000 dollars à chaque mère porteuse.

Ces dernières années, les pays de la région ont commencé à interdire la maternité par substitution, après une série de scandales et de critiques estimant qu’il s’agissait d’une exploitation des femmes. Après l’interdiction en Thaïlande en 2015, le Cambodge a vu une recrudescence de parents demandeurs, et a fini par interdire cette pratique 2016.

Haut de page