Marché du travail : Le royaume en pénurie de compétences

Un rapport publié par l’Agence nationale pour l’emploi (Ministère du travail) dans le cadre d’un partenariat avec l’Agence suédoise de coopération internationale au développement indique que dix secteurs sur le marché du travail sont confrontés à une pénurie de travailleurs qualifiés.

Le secteur du textile présente la plus faible densité de compétences sur le marché du travail
Le secteur du textile présente la plus faible densité de compétences sur le marché du travail. Photographie ILO (CC)

Dans l’industrie textile, les entreprises du vêtement, de la chaussure et de l’habillement représentent 43,6% du marché du travail et 77,4% de la main-d’œuvre nationale. Le rapport révèle que ce secteur présente la plus faible densité de compétences. Pour le secteur de l’hôtellerie, le secteur a une part de marché du travail de 15% et couvre 3,7% de l’emploi; Le secteur fait face à des problèmes de compétences concernant la communication, la technique, les langues étrangères et le travail d’équipe.

Le secteur des Technologies de l’Information est considéré comme le secteur le plus demandeur pour les compétences liées aux biens et services. Le rapport indique que le secteur a un besoin urgent de développeurs de logiciels. Le rapport indique également que le secteur de la santé emploie le plus grand nombre de travailleurs hautement qualifiés. Cependant, le secteur de la santé a sa part de pénurie de compétences chez les techniciens, dans les services et les ventes. Lors de la publication du rapport, le ministre du Travail, Ith Samheng, a déclaré que le taux d’emploi est de 99,3%, avec environ dix millions de personnes sur le marché du travail.

A la mi-mai, un rapport de la Banque Mondiale indiquait que la santé économique du Cambodge restait forte à environ 6 ou 7% de croissance annuelle, mais que le pays devait mobiliser sa population jeune et investir dans la formation et les compétences pour assurer que cette tendance se poursuive. ”..Des problèmes structurels à long terme tels que le manque de compétences étaient susceptibles de conduire à une décélération progressive de la croissance si le problème n’était pas résolu…”, indiquait le rapport, ajoutant que : ”…les perspectives de croissance de l’emploi semblent moins certaines. Alors que les salaires réels augmentent rapidement, la compétitivité extérieure du Cambodge, qui repose principalement sur une main-d’œuvre bon marché, est en train de s’éroder…en conséquence, la réduction de la pauvreté pourrait ralentir à l’avenir…”.

Le rapport de la BM indiquait également que : ”…La force de travail croissante n’est pas suffisante pour attirer et créer des emplois. Au Cambodge, les employeurs sont particulièrement confrontés à d’importantes pénuries de compétences, de sorte que le système éducatif et l’augmentation des investissements dans l’éducation ont un rôle important à jouer pour combler ces lacunes. Mais, si une partie des défis peut être relevée, en examinant les ressources alternatives, en modernisant l’éducation et la formation professionnelle, le développement des compétences fournies par les entreprises est la principale direction à envisager pour créer des emplois qualifiés dans le futur…”.

Haut de page