Transparency International Cambodia : Le public manque d’informations sur le budget national

Un sondage publié hier par l’ONG par Transparency International Cambodia révèle que la compréhension du budget national par le public est à son plus bas niveau, ceci en raison d’un manque de diffusion par les institutions gouvernementales. Intitulé ”Enquête sur la perception et la transparence des processus budgétaires du public”, le document publie les résultats d’un sondage réalisé aux fins mieux comprendre les attitudes des Cambodgiens vis-à-vis de la budgétisation nationale et de la transparence.

Les résultats montrent également que 99,7% des citoyens cambodgiens ne sont pas en mesure d'identifier le montant exact du budget national de l'année dernière
Les résultats montrent également que 99,7% des citoyens cambodgiens ne sont pas en mesure d’identifier le montant exact du budget national de l’année dernière. Photographie par Charles Pieters (CC)

La compréhension publique des processus budgétaires est généralement très faible. Seulement 0,3% de l’échantillon étaient en mesure d’identifier correctement la taille du budget national, tandis qu’à peine 5% étaient en mesure d’identifier les institutions responsables de la rédaction du budget annuel. Les résultats montrent également que 99,7% des citoyens cambodgiens ne sont pas en mesure d’identifier le montant exact du budget national de l’année dernière, tandis que 94,9% ne sont pas en mesure d’identifier quelle institution nationale est chargée de la préparation du budget. L’enquête indique que 99,9% des personnes interrogées n’avaient jamais vu de documents budgétaires officiels préparés par l’Assemblée nationale, 98,9% n’ont jamais obtenu d’informations sur le budget national.

Cependant, 84,5% des personnes interrogées estiment que l’accès à l’information est important et 97,6% des citoyens cambodgiens estiment que l’information devrait être plus accessible et facile à comprendre pour le public. Les résultats du sondage ont également montré que 65,4% des répondants étaient d’avis que les riches devraient être taxés plus que les pauvres et que 81% des répondants ne savaient pas que la loi obligeait à payer des impôts.

Haut de page