Vie culturelle – Pratique – Institut français : Au fil des livres, une médiathèque d’exception

Cet article est un dossier publié dans le dernier numéro de Cambodge Mag en version papier. Pour consulter le magazine dans son intégralité en PDF, cliquer ici…

En se laissant porter avec plaisir et curiosité au fil de l’eau au Cambodge, nous pourrions avec autant de plaisir et de curiosité nous laisser porter « au fil des livres » à la médiathèque de l’Institut français du Cambodge. Une invitation au voyage au gré des courants, des escales et des rencontres, parfois inattendues. Qui devinerait en entrant dans cette médiathèque qu’un livre sur cinq porte sur l’Asie du Sud-Est, le Cambodge, sur leurs histoires, patrimoines, architectures ou littératures, entre mille autres sujets ? Mais aussi sur les rencontres entre le Cambodge et la France, les rencontres des artistes, des savants et des hommes politiques. En poussant la porte de la médiathèque, vous pourriez alors oublier le temps en vous plongeant dans ce fonds francophone spécialisé consacré à l’Asie du Sud-Est, au Cambodge en particulier.

 Au fil des livres, une médiathèque d’exception à l’Institut français du Cambodge
Au fil des livres, une médiathèque d’exception à l’Institut français du Cambodge

Chroniques, récits et annales : la mémoire des textes
Au fil de l’eau, au fil du temps. Que l’on évoque les célèbres “Chroniques royales du Cambodge” éditées par Mak Phoeun et KhinSok, le XVIIe siècle avec “Un manuscrit inédit de Pierre Poivre : les mémoires d’un voyageur” ou la description faite aux XIIIe-XIVe siècles d’Angkor dans les “Mémoires sur les coutumes du Cambodge de Tcheou Ta-Kouan” (œuvres posthumes de Paul Pelliot)ou encore “Eaux et lumières : journal du Mékong cambodgien”, promenades au fil de l’eau en saison sèche et humide, de Georges Groslier, alors Conservateur du Musée National. Autrement émouvant, le numéro 01 des Annales de l’Université Royale des Beaux-Arts datant de 1967, dont la préface s’ouvrait par ces mots : « Voici donc la première publication des Annales de l’Université Royale des Beaux-Arts. Ce bulletin a été créé pour répondre aux vœux de nombreuses personnes qui s’étonnent de trouver fort peu de publications sur les différents arts traditionnels ainsi que sur les traditions et les coutumes des Khmers. » et se terminait par : « Nous aimerions que ces Annales servent de bulletin de liaison avec les Universités, les Musées et les Sociétés Savantes des pays étrangers. Ainsi notre but sera-t-il atteint, qui est de contribuer au progrès des études cambodgiennes. »

Le numéro 01 des Annales de l’Université Royale des Beaux-Arts datant de 1967
Le numéro 01 des Annales de l’Université Royale des Beaux-Arts datant de 1967

Rencontres : d’un regard à l’autre
Au fil de l’eau, jeux de miroirs. Si la visite officielle du roi du Cambodge Sisowath a laissé un texte rédigé par son ministre, Oknaa Veang Thiounn, traduit et édité par Olivier de Bernon sous le titre de “Voyage en France du roi Sisowath [en l’année du Cheval, huitième de la Décade, correspondant à l’année occidentale 1906, Royaume du Cambodge]”, cette année a aussi laissé ses marques dans l’histoire de l’art occidental. A l’occasion de cette visite royale, Rodin assiste au spectacle du ballet cambodgien et, fasciné, suit la troupe jusqu’à Marseille afin de pouvoir la dessiner. « Je les ai contemplées en extase… Quel vide elles m’ont laissé ! Quand elles partirent, je fus dans l’ombre et le froid, je crus qu’elles emportaient la beauté du monde. » (“Rodin et les danseuses cambodgiennes : sa dernière passion”, catalogue de l’exposition au Musée Rodin, 2006.)

Arts sacrés et populaires : la pierre, l’image, l’écrit
Au fil de l’eau, au fil des mots. Les bulletins de l’Ecole Française d’Extrême-Orient (BEFEO), publiés depuis plus d’un siècle, couvrent un large champ de recherches : édition de textes, recherches archéologiques, ethnologie et histoire, art, lexicologie… Pourquoi ne pas se plonger dans l’un des deux volumes d’ “Articles sur le pays khmer” de Georges Coedès pour mesurer l’ampleur d’une vie de recherches ? Puis découvrir des trésors du patrimoine oral et littéraire. Avec l’histoire de Thmeng Chey, connue de tous au Cambodge, petits et grands : « Cependant, sa nature perfide et jalouse la poussa à prédire le contraire. En effet, comment avouer, et s’avouer, que cette femme de pêcheur portait en son sein un fils au destin royal ? » Enfin, un détour par les œuvres du XXe siècle, avec « La rose de Païlin » de GnokThaém et « Ma guirlande, mon amour » de Nou Hach, tous deux traduits en français.

Oublier le temps en se plongeant dans ce fonds francophone spécialisé consacré à l’Asie du Sud-Est, au Cambodge en particulier
Oublier le temps en se plongeant dans ce fonds francophone spécialisé consacré à l’Asie du Sud-Est, au Cambodge en particulier

De la page à l’écran : l’Asie du Sud-Est sur Culturethèque
Au fil de l’eau, navigations plurielles. Avec les ressources multimédia de la bibliothèque numérique francophone Culturethèque, le voyage se prolonge à travers le temps et l’espace de la péninsule, ici et chez vous, à la médiathèque et au café… Envie d’une conférence sur la “restauration des temples khmers”, de musique traditionnelle du Laos (“Lamsaravane, musique pour le khrène”, orgue à bouche) ou de “musiques khmères royales & populaires” du Cambodge, d’un web documentaire sur les “scènes musicales d’aujourd’hui au Vietnam”, ou encore de travaux de l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), l’escale sera alors numérique. L’escale se fera peut-être elle-même voyage d’un clic à l’autre et au gré des mots-clés saisis : Angkor, khmer, Bouddha, Cambodge…

Ainsi, au fil de ces documents, vous découvrirez un des visages de la médiathèque de l’Institut français du Cambodge. Tradition et modernité caractérisent profondément ce fonds sur le Cambodge et l’Asie du Sud-Est. Avec des achats réguliers, qui vont du roman au guide de voyage, du livre de recettes à la réédition d’ouvrages anciens, oubliés, chez Kailash ou Olizane, du catalogue d’exposition à un DVD sur le Cambodge… Collections à découvrir dans une médiathèque ouverte à tous, du mardi au samedi, de 10h à 18h30. Passionnés, étudiants, curieux, touristes…, soyez les bienvenus à l’Institut français du Cambodge ! Avec ces mots : la culture en partage.

Plateforme Culturethèque : www.culturetheque.com

Catalogue de la médiathèque de l’IFC : http://media-ifc.com/

Par l’équipe de l’Institut français du Cambodge

Haut de page