Premier Ministre : Le monde affronte de nouveaux challenges

S’adressant à quelques milliers de diplômés de l’Institut Vanda à la salle Koh Pich de Phnom Penh mardi, le Premier ministre Hun Sen a exprimé sa préoccupation face à la situation mondiale qu’il décrit comme ”imprévisible” et pleine de dissensions qui profitent au terrorisme.

Le Premier ministre Hun Sen
Le Premier ministre Hun Sen

“…Il semble que le monde affronte de nouveaux challenges susceptibles de menacer la paix. Auparavant la guerre froide ne concernait que l’ex-Union soviétique et les Etats-Unis…Plus de deux pays sont aujourd’hui impliqués dans la course nucléaire dont l’Iran et la Corée du Nord…La fragilité de la paix menacée par le nucléaire est une chose, et la politique protectionniste et la guerre commerciale en sont une autre…”, a déclaré le Premier ministre. ”…Les problèmes mondiaux majeurs incluent la question nucléaire sur la péninsule coréenne, la course économique entre la Chine et les États-Unis, la guerre diplomatique entre la Russie et les États-Unis et certains pays d’Europe, les problèmes au Moyen-Orient…”, a-t-il ajouté, faisant allusion aux récents événements qui ont fait monter la tension d’un cran entre certains pays ces derniers temps :

Lundi, Beijing a annoncé une augmentation de 25% de ses impôts sur 128 produits importés des Etats-Unis, en réponse immédiate aux augmentations d’impôts sur l’acier et l’aluminium imposées par l’administration Trump.

Moscou a annoncé le renvoi de 23 diplomates britanniques en Russie en réponse au Premier ministre britannique Theresa May, qui a décidé d’expulser 23 diplomates russes de Londres. Pendant ce temps, les États-Unis et plusieurs pays européens ont décidé d’expulser les diplomates russes de leurs territoires. En retour, la Russie a également décidé d’expulser les diplomates américains.

La guerre diplomatique a commencé suite au meurtre de l’ancien officier des renseignements russes Sergueï Skripal et de sa fille Yulia par empoisonnement à Salisbury, en Angleterre, le 4 mars 2018 pour lequel les Etats-Unis et leurs alliés accusent la Russie d’être responsable du meurtre, une accusation réfutée à plusieurs reprises.

“…La guerre diplomatique est devenue un sujet majeur…”, a déclaré le Premier ministre, ajoutant que “…de nos jours, les pays qui combattent le terrorisme sont incapables de s’entendre et ces dissensions profitent aux terroristes…”.

Le Premier ministre a également exprimé sa préoccupation sur les problèmes au Moyen-Orient après que les Etats-Unis aient reconnu que la ville de Jérusalem appartenait à Israël. Il a alors commencé à critiquer les États-Unis pour avoir réduit leur aide aux Nations Unies lorsque l’ONU a dénoncé la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale israélienne.

Haut de page