Politique – Premier ministre : Le KNLF accusé de tentative d’attentat à la bombe

S’exprimant lors d’une cérémonie de remise des diplômes à Phnom Penh hier, le Premier ministre Hun Sen a affirmé que le Front de libération nationale khmère, une organisation terroriste présumée, complotait pour disséminer des explosifs à Phnom Penh afin de perturber les festivités du Nouvel An. Selon le Premier ministre, Sam Serey, le président du KNLF qui vit actuellement au Danemark, aurait ordonné à ses membres de provoquer une explosion jeudi à Wat Phnom dans la capitale à l’occasion du Nouvel An Khmer.

Selon le Premier ministre, le KLNF aurait prévu de déposer des bombes au Wat Phnom, à Phnom Penh
Selon le Premier ministre, le KLNF aurait prévu de déposer des bombes au Wat Phnom, à Phnom Penh

“…La nuit dernière, j’ai envoyé des informations secrètes au gouverneur municipal de Phnom Penh…M. Serey avait ordonné à ses membres au Cambodge de poser des explosifs à Phnom Penh et dans la province de Siem Reap…ce complot a été dévoilé, mais j’ordonne à toutes les forces armées de rester vigilantes…et les Cambodgiens doivent être conscients que je suis intervenu à temps pour empêcher ces attentats à la bombe…”, a-t-il déclaré. Le Premier ministre a qualifié Serey de ”traître à la nation” et a ordonné l’arrestation de tous les membres du KNLF impliqués dans le complot.

Dans un message à la presse locale, Sam Serey a catégoriquement nié avoir ordonné à ses membres au Cambodge de faire exploser des explosifs, et a ajouté que le KNLF n’était pas une organisation terroriste. M. Serey a ajouté que M. Hun Sen voulait rassembler des preuves pour l’arrêter s’il se rendait dans l’un des pays de l’ASEAN.

Sam Serey, le président du KNLF
Sam Serey, le président du KNLF

Sam Serey est membre du Front de l’unité nationale khmère, également connu sous le nom de Mouvement de libération du tigre ou Tiger Head Movement, dont l’objectif est d’éradiquer l’influence vietnamienne au sein du gouvernement cambodgien. M. Serey a obtenu l’asile au Danemark après avoir vécu en tant que réfugié en Thaïlande pendant un certain nombre d’années. M. Serey, a été condamné par contumace à neuf ans de prison pour avoir prétendument tenté de renverser le gouvernement, et a également établi un gouvernement en exil au Danemark. L’accusation était liée à une manifestation devant l’ambassade du Vietnam au cours de laquelle une dizaine de membres du KNLF, que le gouvernement avait qualifié de «terroristes», avaient été arrêtés.

Depuis 2014, vingt membres du KNLF ont été reconnus coupables après avoir été accusés de complots visant à renverser le gouvernement et à inciter les gens à protester contre le gouvernement. 18 membres du KNLF sont actuellement derrière les barreaux à Phnom Penh, selon M. Serey. Keo Sarin, un porte-parole du ministère de l’Immigration, a déclaré qu’un mandat d’arrêt avait été délivré pour Sam Serey et que chaque poste de contrôle frontalier dans le pays était averti.

 

Haut de page