MRC – Commission du Mékong : Adoption de la déclaration de Siem Reap

Alors que le 3ème Sommet de la Commission du Mékong – Mekong River Commission (MRC) s’est achevé aujourd’hui, la Déclaration de Siem Reap a été adoptée par les pays membres, représentés par le Premier ministre du Royaume du Cambodge Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sen; le Premier Ministre de la République démocratique populaire du Laos Dr Thongloun Sisoulith; le Premier Ministre du Royaume de Thaïlande S.E. Le général Prayut Chan-o-cha; et le Premier Ministre de la République socialiste du Viet Nam, S.E. M. Nguyen Xuan Phuc.

3ème Sommet de la Commission du Mékong - Mekong River Commission (MRC)
3ème Sommet de la Commission du Mékong – Mekong River Commission (MRC)

La déclaration réitère l’engagement politique fort des pays membres de la MRC envers l’Accord du Mékong de 1995 et le rôle primordial et unique de la MRC dans la coopération pour le développement durable de l’eau et des ressources connexes dans le bassin du Mékong. Des représentants de la Chine et du Myanmar, partenaires du dialogue de la MRC, ont également participé à ce 3ème Sommet de la Commission du Mékong

“…Je tiens à réaffirmer notre solidarité, notre plus haut engagement politique et notre soutien à la mise en œuvre effective de l’accord du Mékong de 1995…”, a déclaré le Premier ministre cambodgien Samdech Techo Hun Sen. La déclaration de Siem Reap félicite également la MRC pour les récents accomplissements et progrès réalisés depuis le 2ème Sommet de la MRC, avec l’adoption et la mise en œuvre de la Stratégie de Développement du Bassin et d’autres stratégies et directives à l’échelle du bassin inférieur du Mékong.

Les premiers ministres soulignent dans leur déclaration à la fois les opportunités de développement et les défis : ”…Le bassin du Mékong offre des possibilités de développement et de coopération pour les ressources en eau, la pêche, la navigation, la gestion des inondations et de la sécheresse, le tourisme et l’environnement, et aussi pour la gestion des écosystèmes…”.

”…Il subsiste toutefois des défis importants tels que les croissances économiques et démographiques rapides, l’augmentation de la demande en eau, la demande croissante en alimentation et en fourniture d’énergie, l’urbanisation, l’industrialisation, la perte de ressources environnementales, la déforestation, les inondations et les périodes de sécheresse, et enfin les risques pour la biodiversité et les moyens de subsistance pour les populations tributaires des ressources du Mékong…” , souligne la déclaration.

Les pays membres s’attendent également à ce que la MRC encourage les efforts conjoints et les partenariats pour optimiser les opportunités de développement, et relever les défis et les risques grâce à un processus pluridisciplinaire et inclusif. Cela correspond aux principaux messages issus de la conférence internationale pré-Sommet de deux jours, qui a attiré environ 400 participants.

“…Ce sommet confirme que la MRC est le premier organisme intergouvernemental à diriger le développement durable du bassin du Mékong. Les discussions de cette semaine ont clairement montré que la MRC, avec sa plate-forme de connaissances et son expérience de la gestion des ressources en eau, peut intensifier les efforts conjoints des pays membres pour relever les défis de notre temps, en tenant compte des résultats de l’étude du Conseil…”, a déclaré le PDG de la Mekong River Commission, M. Pham Tuan Phan.

Le ministre chinois des ressources en eau, H.E. M. E Jingping a déclaré que la Chine accueillait favorablement la MRC et son Secrétariat pour jouer un rôle constructif dans la coopération avec l’organisme ”voisin” Lancang-Mékong. Cette opinion est aussi partagée par le ministre des Ressources naturelles et de la Conservation de l’environnement du Myanmar, S.E M. Ohn Winn, qui a offert son engagement pour renforcer la coopération avec la MRC.

Parmi les autres priorités mentionnées dans la déclaration figurent le maintien de la dynamique récente de mise en œuvre des procédures d’utilisation de l’eau dans le bassin, la mise en œuvre des stratégies et des lignes directrices à l’échelle du bassin, en particulier les projets conjoints; le renforcement des réseaux de surveillance et des systèmes de prévision à l’échelle du bassin de la MRC pour les inondations et les sécheresses, la mise en œuvre des opportunités de coopération plus poussée avec les partenaires et d’importants cadres de coopération régionale.

Enfin, les chefs de gouvernement ont réaffirmé leur soutien à la réforme institutionnelle en cours du MRC, qui est en passe de transformer la commission en une organisation plus autonome. Le prochain sommet de la MRC se tiendra dans quatre ans, en avril 2022, en République démocratique populaire du Laos.

Haut de page