ONG – Banque Mondiale : Réduire la violence contre les femmes au Cambodge

Le Groupe de la Banque mondiale et l’Initiative de Recherche sur la Violence sexuelle – Sexual Violence Research Initiative (SVRI) ont récemment alloué 99 900 dollars à l’Université Monash pour des recherches au Cambodge visant à réduire la violence contre les femmes.

Course sportive à Siem Reap Running Race, pour dire non à la violence contre les femmes. Photographie Niels den Hollander (cc)
Course sportive à Siem Reap Running Race, pour dire non à la violence contre les femmes. Photographie Niels den Hollander (cc)

Cette subvention, qui fait partie du programme ”Development Marketplace for Innovation” pour lutter contre la violence sexiste, appuiera l’ONG ”Reproductive and Child Health Alliance” basée au Cambodge, en collaboration avec l’Université australienne Monash, pour tenter de comprendre le phénomène de la violence contre les femmes dans le royaume. Des enquêtes seront menées auprès de victimes et de témoins de violence conjugale au Cambodge. Les initiatives développées par les moines pour aider à prévenir cette violence et atténuer ses effets seront documentées, afin de savoir si cela a amélioré les attitudes envers les Cambodgiennes.

“…Le Cambodge a fait des progrès contre la violence sexiste, mais comprendre les attitudes culturelles est un élément important pour s’assurer que les réponses à la violence contre les femmes puissent être efficaces…”, a déclaré Miguel Eduardo Sanchez Martin, directeur par intérim de la Banque mondiale pour le Cambodge. “…Nous félicitons les récipiendaires de cette subvention pour cette approche innovante et nous sommes impatients d’en apprendre davantage sur les façons dont les moines et les dévots peuvent prévenir et atténuer les effets de la violence sexiste…”, a-t-il ajouté.

Selon l’ONU au moins une femme sur cinq au Cambodge est victime de violences, et plus de 50% des enfants subissent une forme de violence physique de la part d’un partenaire intime, parent ou membre de la communauté.

“…Des études montrent que la violence contre les femmes peut coûter jusqu’à 3,7% du PIB en raison de la perte de productivité, en plus des dommages directs causés aux individus…”, a déclaré Caren Grown,  de la Banque mondiale. “…Le Groupe de la Banque mondiale est fier de soutenir les lauréats du Prix du développement, dont les projets cherchent à trouver des approches durables et évolutives pour prévenir la violence conjugale, pour nous aujourd’hui, et pour les générations futures…”, a-t-elle ajouté.

La subvention SVRI est un prix de l’innovation lancé en 2014. Avec plus de 5500 membres, SVRI est l’un des plus grands réseaux de recherche mondiaux axés sur la violence contre les femmes. Le SVRI soutient la recherche en diffusant et en partageant les connaissances, en favorisant la collaboration et le réseautage, et en soutenant et en finançant la recherche et le renforcement des capacités. SVRI accueille un forum international tous les deux ans pour élargir la recherche sur la violence sexuelle et conjugale.

Haut de page