Transports – Cambodge – Asie du Sud-est : Grab se paye Uber

Ceux qui utilisent régulièrement les services de covoiturage Uber ou Grab ont pu s’apercevoir à travers les deux applications qu’un service commun est désormais disponible. En effet, Grab a annoncé cette semaine son acquisition des opérations en Asie du Sud de son rival américain Uber. L’accord intervient un peu plus de trois mois après la mise en service de Grab au Cambodge en décembre dernier. Cela permettra à Grab d’étendre son leadership en reprenant les opérations et les actifs d’Uber au Cambodge, en Indonésie, en Malaisie, au Myanmar, aux Philippines, à Singapour, en Thaïlande et au Vietnam.

De son coté, Grab, qui annonçait 20 000 téléchargements de son application en début d'année, a multiplié les partenariats avec le gouvernement et institutions locales et caritatives
De son coté, Grab, qui annonçait 20 000 téléchargements de son application en début d’année, a multiplié les partenariats avec le gouvernement et institutions locales et caritatives

Dans des courriels adressés aux employés d’Uber, M. Khosrowshahi a déclaré qu’environ 500 employés d’Uber en Asie du Sud-Est rejoindraient Grab, écrit-il. Un porte-parole du groupe a également déclaré qu’il n’y aurait pas de licenciements.

Dans le cadre de cette acquisition, Uber obtient une participation de 27,5% dans Grab et Dara Khosrowshahi, PDG d’Uber, rejoindra le conseil d’administration de Grab. Ce dernier a déclaré à la presse locale que l’accord était un témoignage de la croissance exceptionnelle d’Uber à travers l’Asie du Sud-Est au cours des cinq dernières années…

De son coté, Grab, qui annonçait 20 000 téléchargements de son application en début d’année, a multiplié les partenariats avec le gouvernement et institutions locales et caritatives : Le 19 décembre dernier, le jour du lancement officiel de Grab au Cambodge, la société a signé un protocole d’accord avec le ministère des Travaux publics et des Transports pour soutenir le développement des infrastructures du royaume. Le 20 janvier, M. Grab signe un protocole d’accord avec l’Unité anti-corruption du Cambodge, confirmant l’engagement de l’entreprise en faveur de la bonne gouvernance, de la conformité stricte et des normes d’exploitation les plus strictes du pays. Le 11 février, la société signe un accord avec les hôpitaux Kantha Bopha permettant de reverser un dollar par course en faveur de l’ONG. Le 26 février, Grab conclut un accord avec le Programme des Nations Unies pour le développement, visant à améliorer les conditions de vie dans les zones urbaines en réduisant la pollution et les embouteillages.

Tan Hooi Ling, co-fondateur de Grab, a déclaré que, grâce à l’accord avec Uber, Grab étendra son GrabFood, service de livraisons de produits alimentaires,  qui s’annonce aussi comme un autre service destiné à encourager l’adoption régulière du portefeuille mobile GrabPay et soutenir la plateforme croissante de services financiers de l’entreprise.

C’est la troisième fois qu’Uber vend une de ses activités à l’extérieur des États-Unis. Uber a précédemment vendu ses activités en Chine à son concurrent Didi Chuxing et a fusionné ses activités en Russie et dans les pays voisins avec Yandex.  Depuis qu’il a pris la relève du cofondateur Travis Kalanick en août, M. Khosrowshahi s’est concentré sur le nettoyage de la réputation d’Uber et sur la discipline financière pour atteindre la rentabilité.

La perte de l’entreprise a bondi de 61% en 2017 pour atteindre 4,5 milliards de dollars, bien que sa perte au quatrième trimestre ait diminué par rapport à la période précédente.

Grab assure le transport, la livraison de nourriture, les paiements mobiles et les services financiers et opère dans 195 villes à travers l’Asie du Sud-Est. La société affirme avoir 95% de part de marché dans le taxi-hoiling quand elle a annoncé son intention de lever plus de 2,5 milliards de dollars auprès de SoftBank et d’autres investisseurs en 2017.

Haut de page