Malaisie : Les employées de maison cambodgiennes repartent

Les autorités ont déclaré que la Malaisie s’attend à recevoir 50.000 employées de maison venues du Cambodge chaque année, indique le journal Malaysia Mail Online. Le Cambodge reprendra l’envoi de travailleurs domestiques en Malaisie en juin, mettant fin à une interdiction de six ans imposée après une série d’allégations d’abus très médiatisés. Le Cambodge a interdit l’envoi supplémentaire de domestiques en Malaisie en octobre 2011, après des informations faisant état d’abus physiques et d’autres violations commises par des employeurs malaisiens. Chacun se souvient du sort de la pauvre Mey Sichan que ses employeurs avaient laissé mourir de faim en 2012.

Sur cette photo prise le mardi 16 août 2011, la domestique cambodgienne Hok Pov, 31 ans, pleure alors qu'elle parle lors d'une interview à Petaling Jaya, près de Kuala Lumpur, en Malaisie. Elle fait partie des 41 jeunes filles cambodgiennes qui ont été sauvées cette année par des défenseurs des droits de l'homme malaisiens, qui mettent en garde contre l'augmentation des abus et de l'exploitation en raison d'une loi inadéquate pour les protéger.
Sur cette photo prise le mardi 16 août 2011, la domestique cambodgienne Hok Pov, 31 ans, pleure alors qu’elle parle lors d’une interview à Petaling Jaya, près de Kuala Lumpur, en Malaisie. Elle fait partie des 41 jeunes filles cambodgiennes qui ont été sauvées cette année par des défenseurs des droits de l’homme malaisiens, qui mettent en garde contre l’augmentation des abus et de l’exploitation en raison d’une loi inadéquate pour les protéger.

Le ministère du Travail a annoncé en janvier que le premier lot de femmes de ménage partirait pour la Malaisie le 1er juin 2018. Les militants des droits du travail  se déclarent préoccupés par la sécurité des servantes cambodgiennes en Malaisie. Ils ont également averti que les protections appropriées n’étaient pas en place.

“…En regardant le mécanisme de protection, nous constatons qu’il est encore faible…”, a déclaré Dy Thehoya, responsable du programme du groupe des droits du travail central. “…Ce qui va arriver est toujours inquiétant. Il n’y a pas de mécanisme pour assurer leur sécurité…Quand les servantes ont des problèmes, elles ne savent pas vers qui se tourner…”, a-t-il conclu.

Dy Thehoya suggére qu’il devrait y avoir un comité pour surveiller la mise en œuvre de l’accord entre le Cambodge et la Malaisie, une liste des femmes de ménage et de leurs lieux de travail, et un système d’alarme que les femmes peuvent utiliser en cas d’abus. Le nouvel accord, signé en 2015, exige que les employées cambodgiennes en Malaisie aient une assurance, des téléphones portables personnels, et un compte bancaire. Actuellement, il y a environ 8 000 cambodgiennes travaillant en Malaisie.

Source VOA

 

Un Commentaire
Haut de page