Good France : Le tour de Goût de France – Première partie

Cette soirée Good France sur Phnom Penh s’annonce de bon augure. Température idéale et circulation acceptable pour une série – tournée de dîners d’exception de ce 21 mars spécial Good France. Nous commençons cette série avec six des neuf restaurants participant à cette opération gastronomique sur Phnom Penh.

Nous démarrons notre première étape par le prestigieux restaurant du SOFITEL où le chef Benoit Leloup, qui maîtrise parfaitement son sujet, a cuisiné entre autres un raffiné “agneau enveloppé de pancetta” et, un délicat “pigeon rôti fumé au thé chinois et au poivre de Kampot“. Dépêchons-nous de finir le dessert, un chocolat noir truffé avec crème anglaise…il faut penser à notre deuxième étape.

PB, c’est une nouvelle enseigne, rue 21 à deux pas du palais royal c’est nouveau : PEPE BISTROT ou clin d’œil au Papi, ou à Paul Bocuse (PB). Aude et Flo nous accueillent chaleureusement, et confient se lancer dans la grande aventure en participant à cette étape de Goût de France.

Aude en cuisine avant le coup de feu de Good France
Aude en cuisine avant le coup de feu de Good France

Ambitieux… Endroit très cosy et reposant , une carte à des prix très abordables avec des plats concoctés par Aude ex-cuisinière de l’ambassade de France à Phnom Penh, épaulée en salle par Flo , jeune mais déjà vieux briscard des nuits Phnompenhoises, adresse à connaitre absolument.

Bœuf Wagyu, qui sera préparé avec chocolat noir, mûre, et pommes de terre farcies à la crème de truffe noire
Bœuf Wagyu, qui sera préparé avec chocolat noir, mûre, et pommes de terre farcies à la crème de truffe noire

La troisième étape est un classique incontournable : LE BISTROT DE L’INSTITUT FRANÇAIS. Son chef Stéphane, pour la quatrième année consécutive, a concocté ses recettes françaises avec nombre de clins d’œil au Cambodge : chaudrée de palourdes (Charentes- Maritime et Vendée), ou son sorbet de fruits khmer, gelée passion et alcool de palme… belle idée.

Au bistrot de l'Institut Français
Au bistrot de l’Institut Français

La quatrième étape est un col de première catégorie : LE BOUCHON. Bonne ambiance musicale Jazzy Live, les terrasses sont pleines, la salle aussi. Le cadre colonial épouse parfaitement le thème de la soirée.

Bonne ambiance musicale Jazzy Live, les terrasses sont pleines, la salle aussi
Bonne ambiance musicale Jazzy Live, les terrasses sont pleines, la salle aussi

A ce menu spécial Goût de France comprenant crevette poêlée dans sa bisque et ses petits légumes en entrée suivie d’un filet de cabillaud et sa sauce hollandaise, s’ajoute une carte des vins à en faire pâlir plus d’un.

Ambiance musicale au Bouchon Wine Bar
Ambiance musicale au Bouchon Wine Bar

L’endroit est superbe, un petit air lounge avec cette chanteuse qui adoucit l’atmosphère avec des refrains bien de chez nous, et une ambiance résolument croisette.

Au Bouchon Wine Bar, un restaurateur ravi de l’opération Good France
Au Bouchon Wine Bar, un restaurateur ravi de l’opération Good France

Cinquième étape : OPEN WINE : Ici, on ne badine pas avec la tradition culinaire Française. Goût de France, il faut respecter le cahier des charges. Pour commencer un Champagne Bollinger, suivis de plats bien Franckie : Les foies gras mi- cuits sont travaillés maison, tout comme le tatin de boudin noir.

Frank Sampéré en cuisine à l'Open Wine
Frank Sampéré en cuisine à l’Open Wine

C’est l’ADN de Frank Sampéré : des recettes simples, originales et succulentes. C’est aussi la raison de la fidélité de ses clients, notamment de japonais qui raffolent de French Cuisine et reviennent très régulièrement. Ce soir, c’est une fois de plus la découverte de cette cuisine française unique et innovante.

Avec Philippe Veeckmans et Franck Sampéré, gérants de l'Open Wine
Avec Philippe Veeckmans et Franck Sampéré, gérants de l’Open Wine

Sixième étape, soit l’arrivée : Comme sur les Champs Elysées , au Raffles, dans son restaurant Le ROYAL, nous finissons cette première partie de ce ” tour de France ” dans un palais, par un foie gras flambé au Courvoisier, une aubaine, mais que dire de cette côte de veau à l’os, du camembert truffé, et ce divin soufflé au Cointreau, sauce aux agrumes nappé de sauce glacé à la cannelle ? En un seul mot : ROYAL !

Cette année encore ces ” Dîners Goût de France ” ont montré toute la détermination, tout le talent nos chefs français qui, à travers ces recettes magiques, font rayonner cet art que le monde entier nous envie. Qu’ils en soient remerciés à leur juste valeurs de nous avoir, pendant quelques instants, ramené le goût de cette Terre de France.

Bruno Bogvad & Christophe Gargiulo

Haut de page