Economie – FMI : Croissance soutenue et perspectives économiques positives

Lors d’une récente mission dans le royaume, les analystes du Fonds monétaire International (FMI) ont soumis quelques recommandations concernant l’économie du Cambodge. L’équipe du FMI dirigée par M. Jarkko Turunen s’est rendue à Phnom Penh du 12 au 16 mars 2018 et a mené plusieurs discussions et entretiens sur les récents développements et les perspectives économiques du Cambodge. Le FMI, qui a une représentation au Cambodge, envoie régulièrement des experts pour évaluer la situation économique du royaume et ses projections à court terme. Toutefois, si les analyses du Fonds monétaire International sont techniquement pertinentes , elles ne peuvent anticiper les soubresauts de la politique locale susceptibles d’influencer l’activité économique à court terme. Le rapport de 2017 indiquait : “…Nous constatons un déclin de l’investissement privé, par rapport aux incertitudes liées aux élections, mais le taux de croissance devrait rester robuste comme en 2016…”. Or, nul besoin de lire dans le marc de café pour se douter que la configuration politique a bien changé depuis la dissolution du principal parti d’opposition et les avertissements répétés du Premier ministre concernant les éventuels débordements. En clair, il y a probablement peu d’incertitudes quant aux prochaines élections et cela devrait probablement avoir peu d’influence sur les investissements privés.

Economie - FMI : Croissance soutenue et perspectives économiques positives
Economie – FMI : Croissance soutenue et perspectives économiques positives

L’équipe du Fonds monétaire International a donc tenu des discussions qu’elle décrit comme franches et constructives avec des hauts fonctionnaires du gouvernement royal du Cambodge, de la Banque nationale du Cambodge et d’autres organismes publics, ainsi qu’un large éventail de parties prenantes, notamment des représentants des secteurs bancaire et commercial, des groupes de réflexion et de développement.

”…Les perspectives économiques à court terme du Cambodge restent positives avec une croissance du PIB d’environ 7%. Toutefois, les politiques devraient être axées sur la gestion des risques macro-financiers, la sauvegarde de la viabilité budgétaire et l’avancement des réformes pour soutenir la croissance, la résilience et l’inclusion. Un cadre budgétaire à moyen terme avec une nouvelle stratégie de recettes est nécessaire pour préserver la viabilité budgétaire…”, indique le rapport de mission.

À la fin de la mission de l’équipe du Fonds monétaire International, M. Turunen a également publié la déclaration suivante:

“…L’économie du Cambodge continue de croître aux alentours de 7%, soutenue par des dépenses publiques plus élevées et une activité touristique performante, et un secteur de la construction robuste, tandis que l’inflation est tombée à 2,0% en janvier 2018. Le déficit du compte courant est resté globalement stable à 8,4% du PIB. L’année 2017 et les réserves de change ont poursuivi leur progression, atteignant 8,9 milliards de dollars américains en janvier 2018…”.

“…Les perspectives économiques du Cambodge restent positives, mais sont soumises à des risques à la baisse. Les risques macro-financiers et externes demeurent significatifs, et les incertitudes politiques pourraient atténuer le sentiment des consommateurs et des investisseurs. À la hausse, une croissance mondiale plus forte pourrait accroître la demande étrangère pour les exportations de biens et le tourisme…”.

“…Les responsables politiques devraient se concentrer sur la gestion des risques macro-financiers, la sauvegarde de la viabilité budgétaire et l’avancement des réformes pour soutenir la croissance, la résilience et l’inclusion…”. ”…La croissance du crédit bancaire s’est légèrement ralentie pour s’établir à 17,2% en janvier 2018, mais la croissance du crédit aux activités liées à l’immobilier et à la construction continue de croître à un rythme supérieur à celui des autres secteurs. Les réglementations sur le risque de crédit et les exigences de sécurité concernant les fonds propres récemment introduites sont les bienvenues : leur mise en œuvre, ainsi que les étapes supplémentaires décrites dans le rapport de l’Article IV de 2017, sont nécessaires pour renforcer la capacité d’absorber d’éventuels choc économiques…”.

Le déficit des administrations publiques s’est creusé à 2,6% du PIB en 2017, la croissance continue des revenus ayant été plus que compensée par l’augmentation des dépenses. Les dépôts du gouvernement, un point d’ancrage budgétaire clé, ont atteint 12,6% du PIB et la dette extérieure publique est restée relativement faible à 6 671 millions de dollars EU (environ 30% du PIB) à la fin de 2017. Le budget 2018 prévoit de nouvelles augmentations des salaires publics et met l’accent sur l’éducation, la santé et la protection sociale dans les domaines de développement prioritaires, et vise un déficit plus élevé à environ 5% du PIB. Un cadre budgétaire à moyen terme assorti d’une nouvelle stratégie en matière de recettes est nécessaire pour préserver la viabilité budgétaire.

Un Commentaire
Haut de page