Agriculture – Pêcheries : Ralentissement de l’activité

Un ralentissement spectaculaire de l’activité agricole au cours des cinq dernières années suscite des inquiétudes et la nécessité pour le gouvernement d’adopter des politiques visant à promouvoir le secteur. Les données du ministère de l’Économie et des Finances, présentées lors du forum  “Économie du Cambodge : Réalisation et Vision”, indiquent que la croissance de l’agriculture a chuté de 1% au cours des cinq dernières années. Les données révèlent que les cultures, la production animale et la pêche ont diminué de 1,1% entre 2013 et 2017. La production animale a chuté de 0,3% en 2013-2017 et la pêche de 1,7% en 2013-2017. La productivité au Cambodge a diminué de quatre fois par rapport au Vietnam et à la Thaïlande. La croissance de la productivité agricole au Cambodge n’est que de 5,3% au cours des cinq dernières années alors qu’elle était de 20% de 2008 à 2012.

Agriculture - Pêcheries : Ralentissement de l'activité
Agriculture – Pêcheries : Ralentissement de l’activité

L’économiste du ministère de l’Économie et des Finances, Lao Poliveth, a déclaré hier au Forum que le ralentissement de la croissance du secteur agricole découlait de la faible productivité du changement climatique et du manque d’expansion des terres cultivées. La productivité au Cambodge a diminué de quatre fois par rapport au Vietnam et à la Thaïlande. La croissance de la productivité au Cambodge n’est que de 5,3% au cours des cinq dernières années alors qu’elle était de 20% de 2008 à 2012. Les terres cultivées n’ont augmenté que de 1,87% au cours des cinq dernières années, alors qu’elles ont augmenté de 6,7% entre 2008 et 2012.

Vongsey Vissoth, secrétaire d’Etat au ministère de l’Economie et des Finances, a déclaré que le ralentissement de l’agriculture était dû au fait qu’il y avait une pression sur le marché et peu de terres à développer. Il a ajouté que la commercialisation dans l’agriculture était en augmentation, mais que l’augmentation des exportations de produits agricoles était principalement constituée de matières premières et non de produits finis ou transformés, limitant ainsi les possibilités de développer des produits finis ou semi-finis à plus forte valeur ajoutée.

Toutefois, Vongsey Vissoth a déclaré qu’il ne fallait pas être pessimiste à propos du secteur agricole. ”…Aucun autre pays dans le monde ne connaît une croissance de l’agriculture de plus de 5% par an….La baisse de la part de l’agriculture dans le PIB est due au fait que le prix des produits agricoles sur le marché sont en baisse….Le secteur agricole est complexe mais il est important dans son rôle d’assurer la sécurité alimentaire, les exportations et de réduire la pauvreté…la clé de la croissance dans ce secteur réside essentiellement dans une diversification des cultures, la recherche de produits à forte valeur ajoutée, une meilleure utilisation des terres cultivables et une politique d’export dynamique…”, a-t-il conclu.

 

Haut de page