Economie – Immobilier : Quelles incidences des prochaines élections sur l’investissement ?

Grâce aux investissements massifs de la Chine et à la croissance continue de l’économie du pays, qui a connu une croissance moyenne de 7% ces dernières années, le Cambodge est en plein boom immobilier. Alors que les développements politiques ont eu relativement peu d’impact sur la croissance de l’industrie dans le passé, certains craignent que ce ne soit pas le cas cette fois-ci. La dissolution du principal parti d’opposition et les appels ”externes” au boycott avant les élections nationales de juillet 2018 en inquiètent quelques-uns quant à la future stabilité politique. Pour certains experts et dirigeants de l’industrie, les prochaines élections sont une source de préoccupation. D’autres ne sont pas vraiment d’accord.

Grâce aux investissements massifs de la Chine et à la croissance continue de l'économie du pays, qui a connu une croissance moyenne de 7% ces dernières années, le Cambodge est en plein boom immobilier
Grâce aux investissements massifs de la Chine et à la croissance continue de l’économie du pays, qui a connu une croissance moyenne de 7% ces dernières années, le Cambodge est en plein boom immobilier. Photographie Ashley (cc).

Oknha Sear Rithy, PDG du groupe WordlBridge, déclare que de nombreux Cambodgiens ont tendance à hésiter à acheter des biens à l’occasion des élections, en partie à cause de leur mauvaise expérience de 2008. Peu après les élections nationales de 2008, les secteurs de l’immobilier et de la construction s’étaient effondrés, en partie aussi à la suite de la  crise financière mondiale. “…Cependant, je crois que les prochaines élections n’auront aucune incidence sur le marché immobilier. Mais les gens vont toujours attendre de voir ce qui se passe avec le marché. Je crois qu’après les élections, ils seront de nouveau optimistes en achetant des propriétés…”, ajoute Oknha Sear Rithy.

Nov Linna, Assistant à NC Max World, fait écho des mêmes sentiments. Selon elle, les gens devraient s’inquiéter davantage de la situation de l’économie mondiale, citant le risque d’une nouvelle dépression économique à l’image de ce qui s’est passé en 2009. Mme Nov déclare que beaucoup de ses clients pensent que les élections sont une chose normale. ”…Mes clients ne s’en soucient pas et ne sont pas influencés par ce qui se peut se passer pendant une année électorale…”, indique-t-elle.

Oknha Cheng Kheng, président de Cambodia Properties Limited (CPL), dit que les investisseurs ne seront probablement pas touchés par les élections. Je crois que les conseils appropriés des experts garantiront que les investisseurs ne seront pas affectés – qu’il y ait ou non des élections », souligne-t-il.

Kim Heang, Président de l’Association des évaluateurs et agents immobiliers cambodgiens (CVEA), n’est pas du même avis. “…Je pense qu’il y aura moins de transactions immobilières cette année par rapport aux années précédentes…”, a-t-il déclaré. M. Kim indique que la croissance reviendrait probablement après les élections. “…D’ici 2020, je crois que le marché de l’immobilier va croître à nouveau…”, souligne-t-il.

Les investisseurs  étrangers de l’industrie locale sont également convaincus que l’élection aura un impact minimal.

Lili Ding, directrice du marketing de Parkway Investment, déclare qu’elle ne voit aucun impact à long terme. “…Toute élection apportera de l’incertitude. De nombreux investisseurs et développeurs développent souvent une attitude attentiste…”, souligne-t-elle. Mme Lili ajoute qu’à long terme, l’industrie et l’économie dans son ensemble continueraient de croître. “…Peu importe comment la structure interne du gouvernement change, le développement sera toujours la priorité du gouvernement…”, conclut-elle.

Xiaohua Chen, conseiller juridique chez ETC Law Group, indique qu’elle voit une croissance continue et, dans le même temps, de nouvelles réglementations régissant l’industrie. “…Le secteur de l’immobilier continuera de croître malgré les inquiétudes concernant la stabilité politique…”, souligne-t-elle. “…Je crois aussi que les agences gouvernementales concernées examineront et approuveront les projets de manière plus systématique…”, ajoute Xiaohua, faisant référence au ministère de l’Economie et des Finances et au ministère de la Gestion des Terres, de l’Urbanisme et de la Construction.

Avec l’aimable autorisation de www.realestate.com.kh

Haut de page