Culture – Histoire :Décès de l’historien Claude Jacques

Claude Jacques, l’un des plus grands spécialistes de la culture khmère est décédé la semaine dernière des suites d’un d’un accident cardio-vasculaire. Claude Jacques était agé de 88 ans. Né le 19 mars 1929 dans la commune rurale de Marboz en France, où son père était médecin, Jacques a grandi dans une famille profondément catholique, bien qu’il devienne plus tard athée. Il était l’un des plus jeunes d’une fratrie de dix enfants.
Claude Jacques a étudié à Lyon et à Paris avant d’obtenir une bourse pour étudier en Inde. Sa première rencontre avec le Cambodge remonte à septembre 1961, lorsqu’il a été nommé professeur d’épigraphie et d’art à l’Université royale de Phnom Penh. Quatre ans plus tard, il aidera à créer la faculté d’archéologie de l’université, où il a enseigné l’histoire khmère. Au cours de ses neuf années au Cambodge, il poursuit également ses propres recherches sur la civilisation khmère à Angkor et ailleurs comme membre de l’Ecole française d’Extrême Orient (EFEO), avant de revenir à Paris en 1970. Expert en Sanskrit, Khmer et Cham, il passa les vingt années suivantes à enseigner l’histoire du Sud-Est asiatique à l’École des hautes études à Paris avant d’être nommé conseiller spécial du directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture. En 1992, Claude Jacques devient conseiller de Federico Mayor, directeur général de l’Unesco, et s’implique dans le plan de sauvegarde des 400 km2 classés du parc archéologique d’Angkor.

Claude Jacques est le co-auteur des ouvrages : Angkor Résidence des Dieux, Thaïlande: Vision de capitales royales du Siam, Ancient Angkor, The Khmer Empire: Cities and Sanctuaries from the 5th to the 13th Century, Angkor, Angkor : History and Temples, Banteay Chhmar: Garrison-temple of the Khmer Empire.
Haut de page