Cambodge : 12 nouveaux sites de bombes chimiques à Svay Rieng

Les responsables du Centre d’action antimines cambodgien – Cambodian Mine Action Centre (CMAC) ont découvert douze nouveaux sites de bombes chimiques américaines dans le district de Romeas Haek, dans la province de Svay Rieng.  Depuis la découverte de ces sites et de ces bombes chimiques (du lacrymogène selon les américains…), plus de 100 personnes ont été envoyées à l’hôpital, la plupart d’entre elles souffraient de démangeaisons, de brûlures et de difficultés respiratoires.

12 nouveaux sites de bombes chimiques à Svay Rieng
12 nouveaux sites de bombes chimiques à Svay Rieng. Photographie fournie

Début décembre 2017, l’Organisation des Nations Unies pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC) a envoyé ses experts techniques pour évaluer le nombre de bombes chimiques américaines trouvées dans les provinces de Mondulkiri, Tbong Khmum et Svay Rieng. La Convention sur les armes chimiques stipule que le pays qui possède des armes chimiques doit porter la responsabilité du déminage de ces armes. À la suite de cette convention, les États-Unis ont l’obligation de nettoyer ces bombes chimiques et, éventuellement, de payer les dommages-intérêts. Selon le CMAC, les États-Unis ont largué environ 2,8 millions de tonnes de bombes entre 1963 et 1975.

En janvier dernier, Les Etats-Unis ont accordé 320 000 dollars au Cambodian Mine Action Centre (CMAC) pour le déminage des restes explosifs de guerre dans cinq provinces situées dans la partie orientale du Cambodge. La subvention a été versée à travers l’organisation norvégienne People’s Aid (NPA), pour être mise en œuvre dans cinq provinces, notamment Kompong Cham, Tbong Khmum, Kratie, Svay Rieng et Prey Veng. En 2017, les États-Unis ont accordé 2,1 millions de dollars au CMAC.

Haut de page