Cambodge – Table ronde CCIFC – Emploi : (1) Les enjeux du recrutement et de la formation avec Eric Delobel

Jeudi soir, la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Cambodge organisait une table ronde ayant pour thème l’éducation et l’insertion professionnelle dans le royaume. Réunissant un panel de professionnels et d’universitaires comprenant Éric Delobel – Directeur général de Cambodia Airports, Om Romny – Directeur de l’Institut de Technologie du Cambodge, M. Laurent Mesmann – Conseiller Spécial du Recteur de l’Université Royale de Droit et de Sciences Economiques (URDSE), Gilbert Palaoro – Directeur de la « PSE Business School », Dr. Yves Perraudeau – Conseiller du Ministre Cambodgien de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, Philippe Steinmetz – Directeur pays de l’Agence Française de Développement (AFD) au Cambodge, Im Kravong – Responsable de l’Antenne Phnom Penh de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) et Djamel El Akra – Président de la Commission Ressources Humaines de l’EuroCham, secrétaire général de la CCIFC, conseiller juridique affilié à l’étude notarial Sethavitou Notary Public. La table ronde était animée par Éric Mousset – Consultant senior affilié au cabinet Confluences Conseil et membre du conseil d’administration de la CCIFC.

Table ronde sur l’éducation et l’insertion professionnelle à la CCIFC
Table ronde sur l’éducation et l’insertion professionnelle à la CCIFC

Dans son introduction, Eric Mousset rappelait le caractère très actuel de la formation professionnelle, avançant que les difficultés restaient nombreuses mais qu’une dynamique et des efforts étaient lancés à l’échelle consulaire et gouvernementale pour tenter d’améliorer les choses. Eric Mousset rappelait la parution du livre blanc d’Eurocham, outil au travers duquel la chambre de commerce formulait des recommandations au gouvernement, rappelait également le début de l’harmonisation des compétences au sein de l’ASEAN, effort qui a débuté dans le secteur du tourisme, et la politique du gouvernement en faveur des petites et moyennes entreprises, avec trente-neuf mesures dont cinq sont directement liées au problème de l’éducation.

Premier invité de cette table ronde à parler de son expérience en matière de formation et de recrutement : Eric Delobel, – Directeur général de Cambodia Airports, la société du groupe Vinci Airports, en charge de la gestion des trois aeroports internationaux du royaume, Phnom Penh, Siem Reap et Sihanoukville.

Après avoir rappelé les statuts et la mission de Cambodia Airports dans le royaume, Eric Delobel ajoutait que : ‘’…la délégation de service public que nous avons reçue du gouvernement nous oblige à être pertinents en termes de capacité à recevoir le trafic aéroportuaire des trois principaux aéroports… Nous exerçons cette délégation sur toute la chaine des activités aéroportuaires et cela implique le développement des équipes de Cambodia Airports. Lorsqu’on parle d’investissement, cela est souvent perçu comme un développement des infrastructures, alors que le développement des équipes et des hommes de l’entreprise est très important, à la fois en nombre mais aussi en qualifications…”.

Éric Delobel - Directeur général de Cambodia Airports
Éric Delobel – Directeur général de Cambodia Airports

”…Pour bien comprendre les enjeux de recrutement et de formation que nous avons, je rappelle que l’année 2017 a été une année exceptionnelle en termes de trafic de passagers avec 25% de progression, la plus belle performance jamais réalisée par Cambodia Airports, nous sommes donc dans un contexte de croissance de trafic de passagers très important. Depuis 2013, nous avons 75% de trafic de passagers supplémentaires, soit une moyenne annuelle de 15%. Nous avons aussi une belle progression du trafic cargo, + 40% en 2017. Cambodia Airports est donc un moteur de développement économique, nous devons faire en sorte que ce moteur soit bien entretenu. Face à ce contexte, nous avons évidemment des enjeux de recrutement et de formation…’’.

Effectifs et recrutements

‘’…Fin 2016, nous étions environ 1600 employés, 1700 en 2017, et nous prévoyons pour fin 2018 un effectif de 1780 – 85 employés. En plus des renouvellements, nous embauchons donc une centaine de personnes chaque année. Les employés de Cambodia Airports travaillent dans une vingtaine de domaines différents, de la maintenance, en passant par la finance mais, la grande majorité de ces emplois est liée aux opérations et cela nécessite de l’expertise et de l’expérience fortement connectées à l’activité aéroportuaire et, c’est là que se posent les enjeux de recrutement. Il n’y a pas de vivier suffisamment important pour satisfaire ces besoins de recrutement chaque année. Nous devons trouver ces personnes, et il faut également, et surtout, les former. La formation est le deuxième grand enjeu après le recrutement….’’.

Trois types de formation

‘’…Pour former notre personnel, nous avons grosso modo trois grands leviers :

D’abord faire appel à des sociétés, des agences, des instituts ou des associations qui peuvent dispenser des formations ou des sensibilisations qui sont importantes pour nos employés. Pour ces sensibilisations, nous collaborons avec l’Institut Pasteur à travers des interventions d’experts sur certains types de virus, sur la rage par exemple. D’autres interventions concernent la sécurité de nos employés pour leurs trajets professionnels.

Pour la formation professionnelle, nous avons mis en place, au sein de Cambodia Airports, un programme de développement des compétences. Face à nos problèmes de recrutement, nous embauchons à un niveau relativement bas et, à travers ce programme de développement animé par des formateurs internes, nous amenons nos salariés à développer leurs compétences pour que, d’année en année, nos salariés soient en mesure de répondre à nos besoins de personnel spécialisé et d’experts.

Enfin, troisième levier pour la formation : au sein de Vinci Airports, nous avons créé en 2013 la Vinci Airports Academy et, grâce à l’expertise réunie au sein des 35 aéroports, nous avons pu monter des programmes de formation faisant intervenir les experts des différents aéroports gères par le réseau Vinci. Nous travaillons avec des standards internationaux et chacun des aéroports Vinci rencontre les mêmes problématiques. Cela nous permet de proposer des catalogues de formation pertinents pour tous les salariés du réseau. J’ajouterai que certaines de ces formations ont été établies ici au Cambodge et mises à disposition de l’ensemble du réseau Vinci Airports.

En termes de formation, nous avons dispensé 60 000 heures en 2017, cela correspond à une semaine de formation pour chacun de nos employés…”.

Impacts socio-économiques

”…Pour conclure, j’ajouterai qu’en termes d’impact, direct et indirect, induit ou catalytique, de nos activités au Cambodge, nous totalisons 2,7 milliards de dollars US. C’est assez substantiel, cela représente environ 17% du PNB. Et, en termes d’emploi, en utilisant la même méthode de calcul, nous arrivons à 1,7 millions, soit 20% de la population active du Cambodge. Cela sert principalement les métiers du tourisme et de l’hôtellerie, mais aussi des activités industrielles liées a l’importante activité de cargo. Cela résume bien le coté moteur de l’activité des aéroports internationaux du Cambodge et les enjeux de formation auxquels nous devons faire face…”.

A suivre…

Un Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de page