Cambodge : Phnom Penh a besoin d’arbres

La municipalité de Phnom Penh prévoit de planter des arbres sur environ cent hectares de terrains dans les principales zones de la capitale, afin de réduire la pollution de l’air causée par les gaz d’échappement des véhicules. Le porte-parole de l’hôtel de ville, Met Meas Pheakdey, a déclaré hier que le lac Boeung Tamok dans le nord de Phnom Penh serait l’une des premières zones concernées par cette opération.

Quai Sisowath à Phnom Penh

“…Ce travail de boisement a deux objectifs : contribuer à l’embellissement de la ville envahie par les grands immeubles et combattre les émissions polluantes des véhicules. Les routes nationales qui  convergent dans la ville auront aussi des arbres plantés le long des trottoirs, ainsi que les districts de Chamkarmon, Daun Penh, Toul Kork et 7 Makara…”, a indiqué Met Meas Pheakdey.

Von Choy Soneath, coordinateur du programme Green Volunteer Cambodia, a déclaré que si la municipalité donnait suite à ce projet, cela contribuerait à améliorer la qualité de vie dans la ville : ”…Ce projet montre aux gens que les autorités prêtent attention à l’environnement, et cela constitue un bon exemple à suivre pour les jeunes…”, a-t-elle déclaré.

En avril dernier, le Cambodge avait reçu son premier rapport concernant la qualité de l’air. Selon les données fournies par le ministère de l’Environnement, la concentration moyenne quotidienne était de 19,8 microgrammes par mètre cube d’air. Les directives de l’Organisation Mondiale de la Santé recommandent un niveau de 25 microgrammes par mètre cube ou moins. le rapport du ministère avait également montré que les niveaux de particules avaient dépassé ce seuil un jour d’avril, alors que la moyenne était de 25,8 microgrammes par mètre cube.

Haut de page