Cambodge – Chine : 19 accords et 276 millions d’aide au développement

Spread the love

Un total de 19 accords de coopération ont été signés entre la Chine et le Cambodge, des accords concernant des projets destinés à financer des projets d’infrastructure à grande échelle : ports maritimes, autoroutes et, encore… un aéroport.

Le Premier ministre chinois Li Keqiang, à gauche, signe avec son homologue cambodgien Hun Sen, au centre, le symbole du Voyage Cœur Chine-Cambodge lors d’une cérémonie de signature au Palais de la Paix à Phnom Penh, au Cambodge, le 11 janvier 2018. La Chine a signé jeudi près de 20 accords valant plusieurs milliards de dollars pour développer les infrastructures, l’agriculture et les soins de santé du pays de l’Asie du Sud-Est.
Le Premier ministre chinois Li Keqiang, à gauche, signe avec son homologue cambodgien Hun Sen, au centre, le symbole du Voyage Cœur Chine-Cambodge lors d’une cérémonie de signature au Palais de la Paix à Phnom Penh, au Cambodge, le 11 janvier 2018. La Chine a signé jeudi près de 20 accords pour développer les infrastructures, l’agriculture et les soins de santé. Photographie AKP

Le Premier ministre chinois Li Keqiang a annoncé une série d’importants programmes d’aide au Cambodge à la fin de sa première visite dans le pays cette semaine, alors que le Cambodge se rapproche un peu plus et à grande vitesse de son partenaire chinois. Au total, 19 accords ont été signés pour financer des projets d’infrastructure à grande échelle, incluant ports maritimes, autoroutes, et un nouvel aéroport. M. Li était au Cambodge mercredi dernier à l’occasion du deuxiéme sommet des dirigeants de la coopération Lancang-Mékong.

La Chine financera une voie rapide de 190 kilomètres reliant Phnom Penh à la ville côtière de Sihanoukville, où les investissements chinois dans l’immobilier et la construction sont en constante progression. Les deux parties ont également conclu un accord pour investir dans un port maritime dans le district de Stung Hav, la province de Preah Sihanouk, et dans un nouvel aéroport à Phnom Penh. Eang Sophallet, un assistant personnel du Premier ministre Hun Sen, a déclaré que la Chine avait environ 184 millions de dollars pour les projets de petite envergure et 92 millions de dollars pour ceux à grande échelle au Cambodge.

Le Cambodge a enregistrés la visite de 5,6 millions de touristes en 2017, dont 1,2 million en provenance de Chine, selon le ministre du Tourisme Thong Khon, cité par le site d’actualité cambodgien Fresh News. La Chine a également offert son aide au Cambodge dans d’autres secteurs, notamment les échanges technologiques, l’éducation, la conservation du patrimoine culturel, la normalisation des produits, la foresterie, la modernisation agricole et l’expansion de la capacité énergétique et des télécommunications.

En octobre dernier, la Chine était en tête des plus grandes sources d’investissement du Cambodge, ayant dépensé 12,57 milliards de dollars, soit 36,4% du total des investissements étrangers directs du Cambodge. La Chine a également été le principal défenseur du régime du Premier ministre Hun Sen durant une période de pression sur la dissidence, notamment la dissolution du principal parti d’opposition du pays et l’arrestation de son dirigeant, Kem Sokha. Le gouvernement cambodgien avait accusé les Etats-Unis d’avoir soutenu le parti de Sokha pour comploter un soulèvement populaire afin de renverser Hun Sen. Les États-Unis et l’Union européenne ont récemment retiré leur soutien et remis en question la légitimité des prochaines élections législatives de juillet.

Selon le communiqué conjoint publié à l’issue de la visite de M. Li, le Cambodge et la Chine ont déclaré partager leur vision de “…construire la région dans un fleuve de paix, d’amitié et de coopération…”. Le commentateur politique cambodgien Lao Monghay s’est déclaré préoccupé le montant substantiel d’aide, suggérant que la “trop grande confiance” du Cambodge dans la Chine pourrait voir la politique étrangère du pays dans un futur “déséquilibré”, citant le relatif déclin des relations du Cambodge avec l’Occident ces derniers mois.

“…Je pense que le gouvernement cambodgien devrait adopter une attitude neutre et non-alignée en maintenant également de bonnes relations avec tous les pays conformément à la constitution et à l’accord de paix de Paris comme les États-Unis et l’Union Européenne…”, a déclaré Monghay à VOA.

Mais, le porte-parole du CPP, Sok Eysan, a déclaré que la visite de M. Li a révélé une “…relation toujours forte…” entre les deux pays, qui se dirigeait vers un “…avenir intemporel…”. “…Le Cambodge s’engage dans l’amitié, la solidarité et la coopération avec les autres pays, sur la base de l’équité et de l’égalité des droits – sans discrimination … Mais nous demandons simplement une base de non-discrimination, pas d’ingérence dans nos affaires intérieures…La Chine est un pays de 1,5 milliard de personnes, mais elle traite un pays de 15 millions d’habitants comme le Cambodge sur la base de l’égalité des droits sans aucun problème de part et d’autre…”, a déclaré le porte-parole.

Le Cambodge et la Chine célébreront leur soixantième année de relations diplomatiques cette année.

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Haut de page