Cambodge – Premier Ministre – Discours : Révolution des couleurs, terrorisme et rôle de l’armée

Spread the love
Nouveau discours fleuve du Premier Ministre Samdech Padei Techo Hun Sen lors de l’inauguration de l”Intelligence Training Building”, un centre de formation et d’entraînement aux techniques du renseignement, à Khan Prek Pnov, ce mardi. Rappel et mise en garde concernant les révolutions des couleurs, lutte contre le terrorisme et , ce n’est pas une surprise, mise au point concernant le rôle de l’armée en réponse aux déclarations de l’opposant Sam Rainsy, qui lui ont valu une nouvelle plainte devant la Cour Municipale de Phnom Penh. Extraits du discours : 
Le Premier Ministre Samdech Padei Techo Hun Sen lors de l’inauguration de l”Intelligence Training Building”
Révolution des couleurs et terrorisme
”…La révolution des couleurs utilise les termes démocratie et droits de l’homme pour détruire les intérêts du peuple, veuillez regarder à quel point la Libye, la Syrie et d’autres pays du Moyen Orient ont été endommagés et ruinés par cette révolution…Je suis persuadé qu’une révolution des couleurs se préparait au Cambodge et notre gouvernement a permis de tuer cette initiative qui fut un échec…c’est peut-être la première fois dans l’histoire de ces mouvements de révolution…la révolution des couleurs est plus préjudiciable que le terrorisme, mais le contre-terrorisme reste une priorité du Cambodge et nous nous engageons à participer avec tous les pays du monde à la lutte contre le terrorisme…Le terrorisme et la révolution des couleurs ont les mêmes conséquences : et créer tous deux une tragédie…”

Le rôle de l’armée

”…Le rôle des forces armées cambodgiennes est de protéger le gouvernement. La neutralité n’est donc pas logique car elles défendent la majorité au pouvoir. Si quelqu’un commet un crime, le gouvernement a le droit d’ordonner aux forces armées d’intervenir. Le parti politique en lui-même n’a pas le droit de commander l’armée, mais le gouvernement issu des élections a le droit d’ordonner aux forces armées d’intervenir pour réprimer des tentatives de renversement du gouvernement au nom de la sécurité nationale. Je ne commande pas l’armée en tant que chef de la formation politique CPP, je commande l’armée en tant que premier ministre du Royaume du Cambodge…l’armée n’est pas le maître du peuple mais un fidèle serviteur du peuple…les soldats viennent du peuple, sont nés du peuple, donc tout doit être fait en accord avec les intérêts du peuple, l’armée n’est pas le chef du peuple, je le répète, l’armée est le fidèle serviteur de notre peuple…”
La déclaration du Premier ministre Hun Sen est venue après que Sam Rainsy, l’ancien président du parti dissous, ait incité à la suite d’une interview à la télévision francaise, les forces armées cambodgiennes à renverser le gouvernement au pouvoir. Hier, le représentant du tribunal municipal de Phnom Penh a convoqué Sam Rainsy pour comparaître le 11 janvier 2018, afin de clarifier ces accusations d’incitation d’une armée à se rebeller contre le gouvernement. Il est toutefois peu probable que l’audience ait lieu en la présence de l’ancien chef de l’opposition en raison des condamnations dont il fait déjà l’objet. 

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Haut de page