Cambodge : L’Union Européenne suspend son aide pour les élections de 2018

L’Union européenne a annoncé suspendre le financement des élections législatives prévues l’an  prochain au Cambodge, estimant que le scrutin ne serait pas  “crédible” après la dissolution du principal parti d’opposition, indique une lettre adressée mardi à la Commission électorale  nationale. 
Dépouillement à Phnom Penh. Photographie AKP
Le Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP),  principale formation d’opposition, a été dissout mi-novembre par  la Cour suprême cambodgienne après l’arrestation du chef de l’opposition, Kem Sohka, accusé d’avoir voulu renverser le gouvernement avec la  complicité des Etats-Unis.  “…Un processus électoral duquel le principal parti  d’opposition a été arbitrairement exclu ne peut pas être  considéré comme légitime…dans ces circonstances, l’Union européenne ne pense pas  qu’il y ait la possibilité d’un processus électoral crédible…”, indique la lettre de l’UE datée du 12 décembre 2017. L’Union européenne et le Japon sont les principales sources  de financement de la commission électorale. 
Washington fait pression également de son côté : en novembre, les Etats-Unis avaient déjà annoncé suspendre toute aide à l’organisation des élections, qui « ne seraient pas légitimes ». Après l’annonce de non-assistance électorale de Washington, Hun Sen et la Commission électorale avaient assuré que les élections se tiendraient comme prévu, même sans aide extérieure. Mardi, la Commission électorale a réservé le même accueil à l’annonce des Européens : « Les équipements, budgets, aspects techniques et ressources humaines sont déjà prêts », a réagi Som Sorida, secrétaire général de la Commission, interrogé par l’Agence France-Presse.
Haut de page