Cambodge – Arts – Spectacle : Ballet Royal, la légende continue…

Spread the love
Avec son prochain spectacle qui aura lieu les 12 et 13 janvier 2018 au Théâtre Chaktomuk de Phnom Penh, le Ballet Royal revient sur le devant de la scène, dans son pays d’origine, avec une nouvelle chorégraphie, une troupe réunissant plus de 90 artistes et une production menée par l’éternelle icône du Ballet Royal, Son Altesse Royale la Princesse Norodom Buppha Devi, venue en personne, jeudi dernier, présenter les grandes lignes de son projet en compagnie de Son Altesse le Prince Tesso Sisowath, des artistes de la troupe, et d’amis du Ballet Royal. Plus de Photographies ici…
Son Altesse Royale la Princesse Norodom Buppha Devi
Anne Lemaistre, Chef du Bureau de l’UNESCO au Cambodge, ouvrait la conférence de presse, organisée dans les salons du Raffles à Phnom Penh, en rappelant son engouement personnel pour le Ballet Royal, et les efforts de la Princesse pour ramener celui-ci à la vie alors que le Ballet avait failli disparaître après les années de terreur du régime khmer rouge dans les années 1970. Madame Lemaistre rappelait également que le Ballet Royal est inscrit depuis 2008 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, une étape qui a permis au Ballet Royal de rayonner à nouveau dans le monde entier, et de retrouver sa splendeur d’antan.Toutefois, Le Ballet reste encore confronté au manque de financements et de lieux de représentation, paradoxalement, dans son propre pays le Cambodge.
Anne Lemaistre, Chef du Bureau de l’UNESCO
Avant de laisser la parole à la Princesse, le Prince Tesso Sisowath contait l’histoire du Ballet à travers quelques photographies d’archives, depuis la visite du Roi Sisowath en France en 1906 jusqu’à son apogée sous la direction de la reine Kossamak. Le Prince contait ainsi quelques anecdotes liées à l’engouement des Français à l’époque pour les danseuses du Ballet Royal, engouement qui avait vu le célèbre sculpteur Rodin suivre la troupe cambodgienne à Marseille alors qu’il n’avait pas pu obtenir de place pour les représentations parisiennes qui jouaient à guichets fermés.
Son Altesse Royale la Princesse Norodom Buppha Devi en compagnie de Blaise Kilian, directeur adjoint d’Eurocham
Toujours aussi passionnée, la Princesse lançait ensuite un appel pour venir admirer ce nouveau spectacle en janvier prochain, rappelant que le Ballet Royal est une tradition khmère millénaire et qu’il doit encore plus rayonner aujourd’hui dans son propre pays, et non pas seulement à l’étranger. La princesse avançait également un argument qui lui tient à coeur, celui de la ”modernisation du ballet”. ”…il y a modernisation et modernisation. De raccourcir une chorégraphie classique est possible, et même souhaitable car, dans les temps anciens, les spectacles pouvaient durer une journée, mais il y a des adaptations du Ballet Royal faites par des troupes à but touristique qui ne sont pas vraiment représentatives de cet art, la troupe du Ballet Royal est une troupe professionnelle, entraînée avec des méthodes classiques et respectueuses de la tradition, c’est cela qui en fait sa pureté, sa grâce et son attrait…”, indiquait-elle. Un argument conforté par Blaise Kilian, ami de la famille royale, mais venu à cette conférence de presse pour des raisons professionnelles : ”…Avec Eurocham, nous sommes très attentifs au développement rapide du secteur touristique. Le Ballet Royal est une attraction de très grande qualité, c’est-à-dire que les touristes, mais aussi les locaux ont une occasion unique d’admirer une représentation vivante d’un art millénaire proposée par les meilleurs artistes du pays. 
Blaise Kilian (Eurocham), en compagnie de deux artistes de la troupe
Cela a une grande valeur et, cette conception d’un Ballet Royal qui pourrait être rentable grâce à ses tournées dans le pays, a été quelque peu obérée, d’une part car il y a une demande de l’extérieur plus importante, et d’autre part car les spectacles jusque-là étaient financés autrement. Avec ce spectacle Memories in Motion – Mémoires en mouvement, nous attendons une réponse directe du public, nous souhaitons qu’il soit réceptif à l’idée d’aller voir ce spectacle, nous voulons voir les Cambodgiens sensibles à la culture aller voir le Ballet Royal tout comme les Francais vont à l’opéra…”, déclarait M.Kilian.
Ballet Royal, la légende continue… 
Après avoir répondu aux questions des journalistes, ces derniers ont eu droit à quelques démonstrations de la part des artistes présents. Rappelons que le répertoire classique du Ballet Royal comporte quatre types de personnages : Neang la femme, Neayrong l’homme, Yeak le géant et Sva le singe. Chacun porte des costumes, un maquillage et des masques qui lui sont propres. La gestuelle et les postures, dont la maîtrise exige des années de formation, traduisent toute une gamme d’émotions, allant de la crainte, de la rage à l’amour et à la joie.
La maîtrise de la  gestuelle et des postures exige des années de formation intensive
Voir les vidéos :
Les billets pour le prochain spectacle du Ballet Royal du Cambodge, qui aura lieu les 12 et 13 janvier 2018 au Théâtre Chaktomuk de Phnom Penh, sont à présent en vente. Il est possible des les acheter en ligne ici : https://www.last2ticket.com/fr/events/459 ou à l’un des points de vente suivants :
• Khéma (n ° 163, rue Pasteur 51)
• Institut français du Cambodge (n ° 218, rue Keo Chea)
• Restaurant Kwest (n ° 01, rue 154)
• Centre Bophana (n ° 64, rue Oknha Men 200)

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Haut de page