Thailande, la menace du Sida

Risque de forte recrudescence
du Sida en Thaïlande
A travers une étude tout juste disponible, l’UNICEF
publie un rapport qui se veut alarmant non pas sur la progression du nombre de
personnes infectées par le virus ou séropositives, mais sur les difficultés
grandissantes de la prévention parmi les populations à risque. Principale
raison: les nouveaux comportements.
Dans son rapport
publié aujourd’hui, l’UNICEF indique que 70% des cas d’infection en Thaïlande
concerne les jeunes entre 15 et 24 ans. Malgré une baisse significative de la présence
du virus dans le pays ces vingt dernières années, de nouveaux cas de
contamination apparaissent parmi les jeunes impliqués dans le commerce du sexe
et le trafic de drogue. Robert Gass, chef du bureau UNICEF dans le royaume
explique son inquiétude: ‘’il y a 15 ans, il était assez facile de mener
des campagnes de prévention, en particuliers dans les bars gay où le risque est
plus important. L’utilisation des réseaux sociaux permet à présent des
rencontres isolées, et les habitudes d’activité sexuelle non protégée ont malheureusement
pris le pas sur l’utilisation du préservatif. Il nous est difficile d’atteindre
ces jeunes prostitués qui ne fréquentent plus les bars et de les avertir des
risques concernant ces relations  à haut risque’’.
La prostitution isolée rend la prévention plus difficile. Photo Pond
L’autre population
qui suscite l’inquiétude est celle des prostituées free lance et/ou occasionnelles.
Pour les mêmes raisons, elles utilisent les réseaux sociaux ou spécialisés et n’ont
pas accès à ou ne se préoccupent pas de la prévention. Depuis 15 ans, les travailleurs
sociaux sillonnent bars et maisons closes pour prévenir des risques de
transmission du virus. Avec l’émergence de ces prostituées qui travaillent seules et proposent des rencontres directes, la tâche devient très difficile. Ces
jeunes femmes n’étant pas des professionnelles, elles ont aussi beaucoup de
mal, pour peu qu’elles en saisissent l’importance, à imposer le port du préservatif
à leurs clients. L’UNICEF estime que cette population à haut risque représente
environ deux mille individus. Plus globalement, il est estimé que la Thaïlande
compte 500 000 séropositifs. Durant les périodes les plus noires de l’épidémie,
le Sida était devenu la première cause de mortalité dans le royaume. Le virus
est à présent la cinquième cause de décès.
Haut de page