Réintroduction des tigres au Cambodge, réactions mitigées

Tigres au Cambodge
Alejandro Gonzales Davidson
L’annonce d’un
projet de réintroduction des tigres dans la jungle du Mondolkiri suscite des réactions
mitigées contrastant parfois avec l’optimisme des officiels de l’administration
des forêts. Alejandro Gonzales Davidson, l’environnementaliste très actif pour
la sauvegarde de la vallée d’Areng menacée par un barrage hydroélectrique, s’est
exprimé sur la question des tigres: ‘’Cette annonce est tout simplement un coup de
pub des ONG et de l’Administration des Forêts dont la finalité est d’obtenir des
subventions supplémentaires. Cela ne marchera pas tant que les problèmes avec
les soldats, les rangers complices du braconnage, les ONG silencieuses et
parfois complices de ces exactions ne sont pas réglés.’’
. Nick Marx, considéré
comme le spécialiste des fauves dans la région est resté très prudent en annonçant
que la réintroduction d’espèces, y compris les tigres, est un programme qui
peut marcher dans la mesure où des programmes similaires avec les singes et les
ours malais sont en cours, mais cela nécessite beaucoup de travail et un programme
très bien préparé qui ne peut pas être pris à la légère. Il est vrai que ce
projet est évoqué depuis 2012, que des coûts avoisinant les 1 million de
dollars par an en frais de maintenance sont murmurés.  A défaut d’unanimité sur ce programme, chacun
s’accorde à dire que le tigre d’Indochine fait partie du patrimoine naturel de
ce pays mais que personne n’a envie de voir un programme bancal laisser des
tigres en liberté avec peu de chances de survie ou susceptibles de se retrouver
aux environs d’un village à la recherche de nourriture. 
Photo KiamProd Photography

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de page